Les Chiens du désert

Ma jeunesse, cette vieille pute, pourquoi elle vient me tirer par la manche…
Alain Pucciarelli - La Posture de la Méduse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Policier

Les Chiens du désert

Drogue - Assassinat - Corruption MAJ vendredi 28 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

T. Jefferson Parker
The Renegades - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Loubat-Delranc
Paris : Calmann-Lévy, novembre 2012
362 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4419-0
Coll. "Robert Pépin présente"

La fine ligne de la loi

En France, nous avons eu Eugène-François Vidocq pour nous expliquer que le meilleur policier se trouve chez l'ancien truand. Après tout, à force de se chasser ou de se cacher, la psychologie des uns est assimilée par les autres, et réciproquement. Aux États-Unis, la version vidocquienne se transforme quelque peu car les rôles entre policiers et gangsters sont interchangeables. Dans le premier volet des aventures de Charlie Hood, ce shérif irréprochable rencontrait une jeune femme qui naviguait entre les deux pôles du Bien et du Mal. Dans Les Chiens du désert, alors qu'il se trouve en patrouille, Terry Laws, son nouveau coéquipier, réputé pour son sens de la justice, est sauvagement abattu par un tueur qui disparaît. Charlie Hood enquête avant tout car il pense que ce crime peut mettre au jour les parts d'ombre de Draper, celui qui habituellement faisait équipe avec Laws. Voici un roman très étrange car sa construction même qui alterne l'enquête sur le passé lointain des policiers et celle plus récente sur ce qui a conduit au meurtre est complexe. Charlie Hood est une force du Bien à l'état brut, un être monolithique, et du coup sa silhouette pâtit devant les scènes où interviennent les autres personnages. T. Jefferson Parker parvient à créer ses personnages en gommant les critères moraux, en les montrant de manière identique dans leurs aspects policiers et criminels. Jamais la frontière entre les deux états n'est montrée avec un tel flou : Charlie Hood est obligé d'intervenir illégalement pour obtenir des preuves d'irrégularité alors même que des policiers véreux traversent en montrant leurs plaques des frontières réelles avec l'argent du trafic de la drogue. Ce brouillage des genres, que l'on retrouve dans les rôles secondaires, offre un contraste saisissant avec le réalisme des décors et des situations. Les Chiens du désert montre-là l'exemple d'un romancier sûr de son métier, s'appuyant sur une intrigue bien construite et parvenant à déjouer l'accusation de série sans âme par son travail intéressant sur le parcours des acteurs de son livre.

Citation

Il cala la crosse de son .45 sur le coin d'un rocher et attendit que quelqu'un entre dans sa ligne de mire.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 20 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page