Fini de rire

Parfois, je me demande pourquoi le cerveau rejette des informations importantes pour ne conserver que des bêtises.
Linwood Barclay - Mauvaise compagnie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 juillet

Contenu

DVD - Noir

Fini de rire

Mafia - Scientifique - Complot MAJ vendredi 21 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Richard Fleischer & John Farrow
His Kind of Woman - 1951
Serge Bromberg (présentation)
Paris : Montparnasse, septembre 2008
1 DVD VOST/VF Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "RKO", 92

Joueur sobre révolté

Robert Mitchum cache un éternel cœur tendre sous une armure de pierre, et sa nouvelle rencontre avec Jane Russell dans cet honnête film noir tourné par John Farrow (avec quelques scènes reprises par Richard Fleischer) ne va pas changer la donne. La donne justement il va en être beaucoup question car dans Fini de rire, il endosse le rôle d'un joueur autant invétéré que professionnel à la carrure imposante : 1 75 pour 90 kg. Ses mensurations n'ont d'ailleurs rien à envier à celles de Raymond Burr, qui envisage de lui voler corps et identité. Raymond Burr c'est à l'écran Ferraro, un mafieux condamné à l'exil en Europe, persona non grata sur le sol américain mais en mal de pays. Résumons : Dan Milner (Robert Mitchum) sort de la prison de Palm Spring pour être aussitôt passé à tabac par des truands qui lui proposent par la suite une coquette somme d'argent moyennant un billet simple pour l'étranger avec escale sur l'île de Morros Lodge. Un deal honnête mais une fois l'escale atteinte, et une rencontre avec diverses personnes qui jouent autant de personnages, Milner commence à se poser des questions. Et la séduction naissante entre lui et la chanteuse de charme Lenore Brent (Jane Russell !) ne va rien arranger après une rencontre initiale ahurissante où elle boit du champagne et lui de l'eau (quand on connait Mitchum, on sait que lui et la sobriété ça fait beaucoup). L'île est l'endroit tout trouvé pour réaliser une succession de saynètes, et celle d'une partie de cartes truquée où la réputation d'une femme est en jeu n'est pas sans rappeler un passage de Casablanca. Robert Mitchum reprend l'espace d'un instant le rôle d'Humphrey Bogart. Quant à l'immense Vincent Price, il trouve un rôle à sa mesure en interprétant un acteur célèbre qui vit dans une autre dimension, cite Shakespeare à tout va ("Je pourrais m'abreuver de sang et commettre de tels forfaits"), et apporte une touche de légèreté à ce film noir. À quoi reconnait-on l'importance d'un film ? Peut-être aux hommages qu'on lui rend. Toute la partie insulaire a sans aucun doute influencé La Prisonnière espagnole. Il y a le même sentiment qui fluctue entre irréalité et subterfuge. Ce sont bien les deux maitre-mots de ce film qui se regarde de façon plaisante.

Fini de rire : 120 min. réalisé par John Farrow (et Richard Fleischer pour quelques scènes) sur un scénario de Frank Fenton & Jack Leonard d'après le roman de Gerald Drayson Adams. Avec Robert Mitchum, Jane Russell, Vincent Price, Tim Holt, Charles McGraw, Marjorie Reynolds...
Bonus. Présentation de Serge Bromberg.

Illustration intérieure

La rencontre entre Robert Mitchum et Jane Russell sur fond de Champagne.


Citation

Le marché que je vous propose comporte deux points importants. L'un vous intéressera beaucoup. L'autre peut vous faire hésiter. Le premier est que vous toucherez cinquante mille dollars.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 19 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page