La Princesse du sang

Selon vous, toubib, cette mort, elle est naturelle ? Bien sûr ! Si on vous défonce le pariétal d'un coup de pioche ou de marteau, vous mourez. C'est naturel.
Rodolphe & Christian Maucler - Les Enquêtes du commissaire Raffini - 8. Les Eaux mortes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 26 juin

Contenu

Bande dessinée - Thriller

La Princesse du sang

Enlèvement - Complot MAJ jeudi 29 novembre 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Public connaisseur

Prix: 35 €

Doug Headline (scénario), Max Cabanes (dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Jean-Patrick Manchette
Marcinelle : Dupuis, novembre 2011
160 p. ; illustrations en couleur ;
Coll. "Aire libre"

Noir écarlate

Adaptation d'un roman inachevé de Jean-Patrick Manchette, ce double album parfaitement dessiné par Max Cabanes est un foisonnement de genres et d'idées. À la fois thriller, roman d'aventure et d'espionnage, la bande dessinée brasse les événements mondiaux allant de la Seconde Guerre mondiale à la révolution cubaine en passant par la guerre froide et la crise hongroise. Pourtant, l'intrigue est simple car le scénario proposé par Doug Headline (qui n'est autre que le fils de Jean-Patrick Manchette), qui conserve l'esprit, est minimaliste à souhait. Et les événements nous sont proposés froidement. De quoi est-il question dans ce diptyque ? De la rencontre programmée entre une femme enfant et une enfant femme au fin fond de la jungle cubaine en 1956. La première, Ivory Pearl est une orpheline de la Seconde Guerre mondiale qui a su charmer le lieutenant Robert Messenger, qui est devenue grand photographe reporter. La seconde, Alba "Negra" Black, nièce d'un magnat trafiquant d'arme, a été l'objet d'un simulacre d'enlèvement qui n'avait pour d'autre but que son assassinat fomenté par son propre oncle. C'est la Princesse du sang.

Cent soixante pages qui déclinent l'Histoire avec ses complots et ses ramifications. Avec surtout des personnages ni blancs ni noirs. Évidemment, des puissances ont intérêt à remettre Alba entre les mains de son oncle, mais d'autres - à commencer par l'oncle lui-même -, ne le souhaitent pas, et ne désirent que sa mort. Aussi de nombreux tueurs se donnent-ils rendez-vous sans bien savoir les uns les autres quelle sera la difficulté qui les attend. C'est ainsi que la jungle cubaine est l'objet d'une vaste course-poursuite à plusieurs niveaux avec des individus dont la loyauté est mise à rude épreuve. Max Cabanes et Doug Headline nous font suivre une péripétie parmi tant d'autres de Ivory Pearl avec beaucoup d'action où s'intercalent des scènes intimistes. Ivory Pearl a vraiment un joli physique, et l'on sent qu'elle a beaucoup inspiré Max Cabanes. Son côté garce mal éduquée indépendante et intègre en fait un personnage rare voué à se faire abuser. Et dans ce diptyque, beaucoup sont là à tirer les ficelles d'une pantomime géo-politique. Il y a du rythme, beaucoup d'actions, du sang qui vole dans tous les sens, des manigances dévoilées, un message politique plus qu'apparent, des personnages emblématiques qui sillonnent un scénario à la fois enlevé et maîtrisé. Le pire c'est qu'aujourd'hui encore l'histoire nous parait plausible, et prompte à se répéter de nos jours.

NdR - Réunit La Princesse du sang première (80 p.) et deuxième partie (80 p.). Un livret (16 p.).

Illustration intérieure

La chasse à la Princesse du sang est lancée. Avec quelques premiers écueils.



On en parle : Le Magazine littéraire - Hors-série n°17

Citation

Un matin d'été, Ivy s'ondoya sous une outre, se brossa les dents. La moitié de la planète terre était dans l'ombre de la nuit. Des passeurs du FLN franchissaient la frontière entre la Tunisie et l'Algérie avec des armes. Lajos dormait profondément dans sa chambre personnelle. Le jeune trompettiste Clifford Brown était mort en automobile avec son pianiste Richie Powell dans la nuit du 26 au 27 juin.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 20 novembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page