Histoires extraordinaires d'Edgar Poe : Usher

Pressé de questions, il dit en laissant tomber son pantalon sur les chevilles que les radios racontaient des mensonges, que les smartphones affichaient des images trafiquées, que les blogueurs qui émettaient une opinion contraire à la pensée unique disparaissaient dans l'heure, que la tension était extrême, que les rumeurs les plus incroyables à la vitesse de la lumière et étaient aussi vite oubliées.
Tito Topin - L'Exil des mécréants
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Bande dessinée - Aventure

Histoires extraordinaires d'Edgar Poe : Usher

Fantastique - Gothique MAJ mardi 04 janvier 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Roger Seiter (scénario), Jean-Louis Thouard (dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Edgar Allan Poe
Paris : Casterman, mars 2009
48 p. ; illustrations en couleur ; 31 x 23 cm
ISBN 978-2-203-01582-1
Coll. "Ligne rouge"

Un patchwork réussi d'après Edgar Poe

Les Histoires extraordinaires d'Edgar Poe recèlent de trésors littéraires. Elles participent encore aujourd'hui à éveiller imagination et curiosité chez les (pas trop) jeunes lecteurs. Elles sont un savant mélange de fantastique et de policier. Le dessinateur Jean-Louis Thouard et le scénariste Roger Seiter se sont inspirés du "Puits et le pendule", de "Petite discussion avec une momie" et de "La Chute de la maison Usher" pour nous proposer une bande dessinée gothique, toute en rythme, avec des personnages effrayants qui évoluent entre un navire qui pourrait être en perdition dans la tempête et un château digne de celui de Dracula, mais du côté de New York, et dont les bas-fonds n'ont rien à envier aux bas-fonds de la ville américaine gangrenée par une pègre aux abois, avec ses lois mais surtout sans foi aucune. C'est bien simple, il y a tout ce qu'il faut pour faire un bon scénario (les puriste du grand Poe n'ont qu'à bien se tenir). D'une histoire simple et sordide, Usher va virer fantastique trash avec une momie de la famille des Scarabées vieille de trente siècle, et qui va être ranimée telle une créature de Frankenstein dans une salle copie conforme d'une pièce de torture de l'Inquisition espagnole, pour mieux semer la mort. Et pour corser le tout, l'immixtion d'un singe aux relents de King Kong, qui tombe sous les balles alors qu'il tente d'enlever une femme cataleptique qui va être projetée dans une fosse aux rats sanguinaires. Extraordinaire, non ? Seul petit bémol, Usher est le second volet d'une trilogie (Le Scarabée d'or inaugure la trilogie, La Mort rouge la ponctue), et si le volume peut se lire indépendamment des autres, il subsiste néanmoins cette petite frustration chez le lecteur qui pourrait ressembler à celle qui ressent un adepte du puzzle en quête d'une pièce manquante. Une seule solution : lire les trois volets d'une traite !

Citation

- J'estime mes pertes à plus de six mille dollars !... Tu disposes d'une telle somme ?
- Six mille dollars ?!... Non, mais...
- Dans ce cas, tu vas mourir et ton agonie sera longue et douloureuse !... Que veux-tu, Miles, une dette est une dette.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 24 mars 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page