Les Fantômes de l'harmonica

- Tous les hommes meurent un jour, mon fils. Y a-t-il une raison précise pour que je meure ce soir ? - Vous devez mourir ce soir parce que Seito, Watanabe, Matsuo meurent tous ce soir aussi ! Tous les étrangers doivent mourir, et vous en êtes un.
Edward Dmytryk - Face au soleil levant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 11 décembre

Contenu

Roman - Espionnage

Les Fantômes de l'harmonica

Géopolitique - Assassinat - Corruption MAJ vendredi 09 novembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Jean-Pierre Larminier
Le Puy-en-Velay : Jeanne-D'Arc, août 2012
262 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-36262-021-8
Coll. "Polar"

La marché politico-mafieux

Rien n'est vrai, rien n'est faux dans ce polar écrit comme le récit invisible d'un réel qui nous fait tellement faux bond désormais. Un chalutier a coulé. Son épave repose au large de la baie de Saint-Brieuc. La Marine Nationale promet de s'en occuper. Elle cherche donc. Tourne autour un temps, celui, sans doute, de laisser retomber l'indignation. En attendant, dans la rédaction de Rue 93, à Paris, une journaliste s'active. Marjorie. Elle a levé de vilaines affaires. Le Président du PUP, le Parti d'Union Présidentielle, est sur les dents. De sales casseroles aux basques. Alain Jacquier, secrétaire général, tombe les cartes, en attendant d'offrir sa tête à l'étal du réalisme politique qui prévaut dans la douceur des pays de France. Tout un monde de menus arrangements que Jean-Pierre Larminier dépeint avec retenue presque, celle du désabusement. Des hôtels de département aux chambres de commerce, en passant bien sûr par le personnel politique d'une République au bout du rouleau. Trafic d'influences en tout genre, l'Union Market Compagnie, la société leader dans la distribution, pêchant au large des côtes françaises un poisson plus lucratif que le homard – et bien évidemment généreuse donatrice du PUP. On connaît la chanson désormais. Une chanson que l'Homme à l'harmonica, le héros troublé de ce roman, n'est pas décidé à accorder. Lui sait où chercher l'épave du chalutier coulé, par exemple. Un chalutier qui a commis l'erreur de ramener dans ses filets des caisses qui ne lui étaient pas destinées. Coups tordus, les hommes en noir de la République intriguent tout le roman. L'enquête est minutieuse, documentée pour qui sait lire entre les lignes. Mine de rien, tout est vrai. Sans assujettir la fiction au fil documentaire : Jean-Pierre Larminier a construit, avec cet Homme à l'harmonica, un personnage poignant. Une arme contre l'oubli sans doute, personnelle à l'auteur, intime dirait-on. C'est que l'homme est un survivant. D'une épreuve terrible dont on ne se remet jamais : la mort de son enfant, que le montage intelligent des hommes d'État ne peut lui faire surmonter. Nous avons basculé dans un monde politico-mafieux. Jean-Pierre Larminier en témoigne. Scrupuleusement. Une douleur consignée au creux de chaque phrase qu'il dépose sur le papier.

Citation

Nous avons basculé dans un monde politico-mafieux.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 29 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page