La Sirène

Puis activant elle-même les flammes, les témoins de cette horrible scène la virent enfoncer de temps en temps une pelle dans la marmite, pour broyer le cadavre et le réduire en pâte. Elle y plongea quelques feuilles de choux. Sa mère qui l'assistait dans cette œuvre sauvage y mit elle-même de la farine, et quand, selon leur cynique expression, 'le bouillon leur parut prêt', toutes deux se dirigèrent vers l'étable des porcs qu'elles avaient, depuis le matin, privés de nourriture.
Vincent Brousse & Philippe Grandcoing - Les Nouvelles affaires criminelles de Corrèze
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 15 juillet

Contenu

Livre sonore - Thriller

La Sirène

Psychologique - Disparition - Assassinat MAJ lundi 01 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24,9 €

Camilla Läckberg
Sjöjungfrun - 2009
jean-Christophe Lebert (lecteur)
Traduit du suédois par Lena Grumbach
Paris : Audiolib, septembre 2012
978 p. ; 2 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 9782356415011
Extrait audio :


Papa n'est pas là

Fjällbacka. En Suède. Un homme a disparu. On retrouve son cadavre figé dans la glace, trois mois plus tard. Battu, cogné, assassiné. Un homme quelconque pourtant. N'était sa femme, envahie par une angoisse trop lourde et ces lettres anonymes qui depuis un an accablent l'une des connaissances du disparu, l'écrivain Christian Tydell. Il vient de publier son premier roman : La Sirène. Succès immédiat qui le laisse de marbre pourtant, voire anxieux, obscur d'un trouble bien trop lourd pour ne pas attiser la curiosité d'Erica, amie de l'auteur, enceinte de jumeaux et mariée au flic qui a en charge l'enquête sur le crime du disparu... Une Erica plus frères Coen que jamais, suspicieuse, enceinte mais résolue à mener son enquête jusqu'au bout. Tout près d'elle. Trop près pour ne pas la toucher au plus intime de son être, à scruter son ventre bien rond et les heures douces de l'enfance que le monde finit toujours par nous voler. De flashback en flashback, voici que remontent, en voix off, ces souffrances morales des enfants qui nous font haïr le monde. Une thématique ténébreuse, traumatisante, où s'épuisent parents et enfants dans la crise des couples sans bonheur.

Une thématique grave épelée par la somptueuse lecture qu'en donne Jean-Christophe Lebert, posant ses mots comme des objets lourds de sens sur le devant d'une scène inquiétante. Lebert reprenant son souffle méthodiquement, pour nous plonger dans l'hébétude des silences qu'il abandonne entre deux mots, deux phrases. Étranges victimes, étrange succès, avec au loin la mer qui bat de ses flots réguliers un univers qui ne sait que tanguer entre l'horrible et l'abject. Et toujours cette suspension des mots maintenus une fraction de seconde dans l'attente du suivant comme une menace sourde, intrigant la lecture qui s'accomplit dans la retenue d'une voix impassible, face au crime.

NdR - 2CD MP3, 15 h 53 d'écoute.

Citation

Il comprit que tout était fini. Que ça se terminerait ici, même s'il lui restait tant de choses à faire, à voir, à vivre.

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 21 septembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page