L'Homme des vallées perdues

Madeleine Roudas a pu être massacrée par un forcené, un déserteur, un fou, un prisonnier échappé. Mais je trouve que ça fait beaucoup de coïncidences : un brigadier obsédé par cette affaire est retrouvé mort, un des voyous emprisonné parvient à s'échapper [...] et la petite amie d'un de ses complices est torturée et étranglée.
Thierry Bourcy - Le Gendarme scalpé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

DVD - Western

L'Homme des vallées perdues

Social - Crépusculaire MAJ samedi 18 août 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 15,59 €

George Stevens
Scénario adapté de l'œuvre de Jack Schaefer
Shane - 1953
Paris : Paramount Pictures France, décembre 2003
1 DVD VO/VOST Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "Les Westerns"

Tueur en quête de rédemption

Un tueur à la dérive sujet à des questions existentielles arrive dans une ferme sous les yeux apeurés puis émerveillés d'un jeune enfant. Dans un Far West où la loi du plus fort domine, les terrains appartiennent aux éleveurs de bétail propriétaires de ranch. C'est l'heure du Cattle Kingdom. Shane va être obligé de reprendre le colt afin de déjouer les projets de Ryker, et permettre ainsi aux métayers de vivre pleinement et paisiblement. Le mérite principal de ce film réalisé en 1953 par George Stevens est d'avoir permis à l'excellent roman de Jack Schaefer de sortir de l'ombre. Son adaptation est basique et le film s'embourbe dans des longueurs inhérentes au souhait du scénariste, A. B. Guthrie de coller aux dialogues du roman. Du coup, on a l'impression que Stevens rallone la sauce dans ses plans afin de laisser respirer ces dialogues qui peu à peu nous asphyxient. Et puis, soyons honnête, Alan Ladd en tueur en quête de rédemption avec son visage de joyeux poupon imberbe n'est guère crédible malgré une gestuelle exagérée au regard de celui qu'il affrontera en fin de film incarné par Jack Valance (son personnage sera repris en un hommage appuyé dans Cat Ballou par Lee Marvin). Hormis Alan Ladd, le casting est la plus grande réussite de ce film. Van Heflin est convainquant en fermier pugnace, Jean Arthur est troublante, malgré une voix qui a tendance à monter dans les aigus, en femme bousculée sentimentalement par deux hommes, et Brandon deWilde, cet adolescent blond aux yeux flamboyants, tient son rôle de narrateur et d'acteur central à merveille. En outre, Ben Johnson et Edgar Buchanan donnent au casting deux seconds rôles incontournables du film western de l'époque. La trame sera reprise par Clint Easwood dans Pale Ryder, la scène de l'enterrement, elle, sera décalquée dans Il était fois dans l'Ouest, de Sergio Leone, preuve s'il en fallait que ce film, malgré ses faiblesses, a influencé le western par les thématiques sociales qu'il développe... auxquelles il incombe d'ajouter de vrais et beaux décors d'extérieur, des paysages époustouflants fort bien filmés, et une faune omniprésente.

Extrait de L'Homme des vallées perdues en VF :


L'Homme des vallées perdues : 118 min. réalisé par George Stevens sur un scénario d'A. B. Guthrie adapté du roman L'Homme des vallées perdues de Jack Schaefer avec Alan Ladd, Jean Arthur, Van Heflin, Brandon deWilde, Jack Palance, Ben Johnson, Edgar Buchanan, Emile Meyer, Elisha Cook...
Bonus. Bande-annonce. Commentaires de George Stevens Jr & Ivan Moffat

Citation

Un revolver n'est pas pire qu'une hache, qu'une bêche... Il vaut ce que vaut l'homme qui le tient.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 18 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page