Un petit jouet mécanique

Parce que nous avons aussi horreur du vide, les affaires qui secouent la ville de Perpignan depuis plus de quinze années, plus connues sous le titre des 'disparues de la gare de Perpignan', comportent tous les ingrédients d'un polar inachevé.
Gisèle Vigouroux & Jean-Michel Cosson - Les Grandes énigmes criminelles de France
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 08 décembre

Contenu

Roman - Noir

Un petit jouet mécanique

Psychologique MAJ jeudi 20 septembre 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Immersion imminente

Deuxième roman après le très remarqué Je tue les enfants français dans les jardins, ce nouvel opus de Marie Neuser risque de surprendre : pas de déluges de haine envers les (sales) jeunes en victimes expiatoires et... pas de polar, pas vraiment, ce roman relevant de la littérature générale. La vraie, bien sûr, pas celle des petits marquis consanguins du Landerneau médiatique. Depuis quand vous êtes-vous retrouvé immergé corps et âme dans un roman, ressentant ce que ressentent ses personnages, vous identifiant totalement à leurs heurts et malheurs jusqu'à une conclusion forcément terrible, qui est là, en gestation dès le départ, avec l'évidence de la tragédie, et qui réussit pourtant à surprendre ?

L'histoire est simple comme une épure : au Cap Corse, un jouet mécanique joue le rôle de la madeleine de Proust, rappelant à Anna des vacances avec ses parents l'été de ses seize ans. Et c'est là qu'arrive Hélène, la sœur perdue, affublée d'une petite fille, Léa. Acceptée malgré son sans-gêne par des grands-parents gâteaux, elle intrigue néanmoins Anna : est-il possible qu'Hélène se serve de sa fille, la mettant en péril volontairement pour combler sa vanité ? Mais bien sûr, qui irait écouter une ado gauche et inadaptée...

On le voit, le roman brise un cliché qui fait son grand retour : non, une génitrice n'est pas forcément une mère-courage inoxydable parée par définition de toutes les qualités possibles et imaginables (et quelques autres qu'elle s'inventera au passage), mais peut également être un monstre ordinaire d'égoïsme profitant de l'aveuglement général. Le tout servi par une langue extraordinaire, évocatrice, immersive, sans jamais tomber dans l'écueil du surécrit, luxuriante de détails bien sentis, qui peut renvoyer à leur prose la grande majorité des petits marquis précités. On peut regretter une morale finale retombant dans le consensuel, mais on a là cent cinquante-huit pages de vraie littérature à l'estomac, et un livre que l'on referme avec l'impression d'avoir effectivement vécu une tranche de vie au milieu des personnages et des lieux décrits, et qui reste en mémoire longtemps après le dernier mot.

Amateurs de littérature prémâchée, lisse et formatée, consommateurs de thrillers industriels, passez votre chemin. Amateurs de vraie littérature, qu'elle soit blanche, noire ou de toute les couleurs de l'arc-en-ciel, ne vous y trompez pas. Indispensable ? Indispensable ! (Et certainement de la chair à prix, ou alors, c'est à se coller une balle...)


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°47

Récompenses :
Prix de la ville de Mauves-sur-Loire 2013
Prix marseillais du polar 2013

Nominations :
Mille et une feuilles noires 2013

Citation

Acquargento nous dit aujourd'hui ce qu'il n'a jamais cessé de nous dire : il faut me mériter si vous me voulez vraiment, je ne suis pas du genre à vous séduire au premier regard, non, je ne suis pas une fille facile...

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 20 juillet 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page