Le Second fils

Ce jour entre tous, il pouvait dire ce qu'il voulait - personne ne contredit un homme qui rédige une lettre de suicide.
Alan Furst - L'Officier polonais
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Roman - Noir

Le Second fils

Politique - Historique MAJ vendredi 29 juin 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,8 €

Jonathan Rabb
The Second Son - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Éric Moreau
Paris : 10-18, février 2012
432 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-04975-9
Coll. "Grands détectives", 4522

Nikolaï Hoffner en Espagne

Après le milieu révolutionnaire de l'Allemagne de 1919, l'univers de l'UFA en pleine mutation vers le cinéma parlant, Jonathan Rabb entraine son héros vieillissant dans le guerre civile espagnole de 1936. La conclusion singulière d'une trajectoire remarquable dans l'Allemagne de l'entre-deux guerres.

Georg Hoffner est en Espagne, envoyé par Pathé Gazette, pour couvrir les Olympiades Populaires, les contre-jeux organisés à Barcelone par le peuple des travailleurs. Mais, deux jours avant l'ouverture, l'Espagne s'embrase. Georg filme les événements. Il envoie une lettre à son père où il raconte les combats. Ce sont les dernières nouvelles que reçoit sa famille.
À Berlin, Nikolaï Hoffner est convoqué par l'administration nazie. Sa mère, d'origine ukrainienne, étant juive, on lui demande de prendre sa retraite. À soixante-deux ans, pourquoi continuer pour risquer d'entacher une si belle carrière ?
Wilson, le responsable du bureau berlinois de Pathé Gazette, accepte de rencontrer Nikolaï. Celui-ci finit par lui faire avouer que Georg est parti, comme agent des services de renseignements britanniques, pour découvrir si l'Allemagne nazie respecte son engagement de ne pas intervenir dans ce conflit. Cinq jours plus tôt, il a posté un télégramme comportant cinq mots qui semblent désigner des noms de personnes et/ou de lieux. Depuis, plus rien alors que, pour ce qui transpire hors des frontières, les combats font rage. Nikolaï décide de partir en Espagne... Mais, pendant son absence, son second fils entre en scène...

Dans ce livre, Jonathan Rabb explore les incidences de deux faits politiques, l'un avec ses conséquences sur la scène internationale, l'autre avec l'impact sur l'existence quotidienne d'individus. Il utilise la "Berufsbeamtengesetz", la loi allemande de 1933 sur la restauration dans la fonction publique, pour libérer son héros de toutes contraintes professionnelles. Puis, il retient, comme élément essentiel de son intrigue, la guerre civile espagnole.
L'auteur implique fortement son héros dans les intrigues qu'il met en place, faisant jouer aux proches de celui-ci des rôles de premier ordre et subir les contrecoups de son enquête. Il en est ainsi pour son épouse, la mère de ses deux enfants et pour ces derniers qui deviennent les éléments moteurs du récit.

Autour de ses personnages, il développe une intrigue qui fait un lien étroit entre des événements historiques. Ainsi, en réponse aux jeux Olympiques que l'Allemagne nazie a réussi à obtenir, une opposition populaire met sur pied des contre-jeux qui doivent se dérouler à Barcelone. Or, ceux-ci n'auront jamais lieu car, deux jours avant l'ouverture, c'est le début de la guerre civile. Un conflit où tous les responsables des pays occidentaux jurent, la main sur le cœur, ne pas aider les belligérants. Mais on sait bien que rares sont les gouvernements à respecter leurs engagements.

Dans cette intrigue historico-politico-policière, Jonathan Rabb relate le quotidien d'un juif dans l'Allemagne de 1936, et fait découvrir l'Espagne à la même époque en proie à une lutte fratricide pleine d'horreur.

Le Second fils, troisième volet des péripéties de Nikolaï Hoffner, est une réussite tant pour l'intrigue enlevée qui entraîne un héros humaniste dans les méandres de l'Histoire, que pour la manière de faire revivre cette époque.

Citation

Ainsi s'acheva le premier jour de guerre civile en Espagne. On déplorait six cents morts et quatre mille blessés.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 26 juin 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page