De main morte

Quand on parle du rêve américain, c'est ça le rêve américain. Voler le patron jusqu'à ce qu'on en ait assez pour lui faire de la concurrence.
Lawrence Block - Le Blues des alcoolos
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 septembre

Contenu

Roman - Policier

De main morte

Fantastique MAJ lundi 25 juin 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Laurent Maillard
Paris : Les Contrebandiers, juin 2012
176 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-915438-51-2
Coll. "Petite noire"

Applaudir d'une seule main

En littérature fantastique, il existe, à côté des vampires et autres zombies, un thème mineur qui est celui de la main de gloire. C'est la main d'un humain (parfois d'un singe) desséchée, traitée magiquement et qui acquière du coup des pouvoirs soit pour elle-même soit pour celui qui la détient. C'est le cas dans ce roman de Laurent Maillard où une pareille main est l'objet de convoitise de la part d'un groupe néo-nazi dont les commanditaires se souviennent que, durant la Deuxième Guerre mondiale, cette main servit à l'un des leurs. Pour la posséder, ils vont tuer, torturer et attirer ainsi l'attention de la police.

Face à ce point de départ, l'on aurait pu, entre les diverses factions qui veulent la main, et les possibilités qu'elle ouvre, développer un ample thriller, aux multiples personnages secondaires, pris dans leurs envies contradictoires. Laurent Maillard, lui , choisit plutôt d'installer son récit dans la continuité stylistique de sa thématique : une intrigue, serrée jusqu'à l'os, un développement sec et nerveux, centré autour de la policière chargée de l'enquête, de celui à qui a été volé la main, et de celle qui la possède à présent.

L'ambiance étrange, proche du fantastique, est renforcée par le rôle de la policière qui, dès le départ, semble croire aux pouvoirs de cette main, et tente de découvrir comment en fabriquer une nouvelle, y compris en volant la main d'un collègue mort dans une intervention. Toutefois, le récit reste profondément réaliste, entre truands vivant dans les casses autos, victimes martyrisées et une "méchante" secondée par deux petits voyous aussi bêtes que méchants.

Le côté très sec laisse un peu le lecteur sur sa faim, mais après tout, dans cette période où l'on chavire plutôt contre les pavés indigestes ce n'est pas un mal. Il est en cela conforme au thème même : la main de gloire a fourni à la littérature fantastique des nouvelles ou des petits romans de qualité mais peu d'ouvrages blockbusters à la Stephen King. De main morte est de la même veine : une petite surprise intelligente et fine dont la taille correspond parfaitement au propos.

Citation

Il fallait rechercher un individu assez raffiné, surtout pour étrangler ses victimes avec un fil en acier.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 25 juin 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page