Le Linceul du vieux monde

Ma vie était minable. Elle l'est encore. C'est vrai. J'espère juste que tu ne découvriras jamais à quel point une vie peut mal tourner, Elizabeth.
David Bell - Ne reviens jamais
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 09 décembre

Contenu

Roman - Aventure

Le Linceul du vieux monde

Historique - Énigme MAJ vendredi 27 mars 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Sébastien Rutés
Préface de Paco Ignacio Taibo II
Marseille : L'Écailler du Sud, février 2008
176 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-3529-9023-9
Coll. "L'Atinoir"

Chronique

Fin de l'été 1899. Au lendemain de la grâce d'Alfred Dreyfus, le fort Chabrol tombe et de violentes échauffourées éclatent aux alentours entre nationalistes et anarchistes. Le petit peuple se sent plus concerné par des faits divers troublants : des jeunes femmes sont piquées à la cuisse dans les tramways, au gré des cohues et des confusions des heures d'affluence. L'une des victimes finit par décéder mystérieusement et les anarchistes, cibles idéales, sont alors montrés du doigt. Qui a bien pu monter ce coup et dans quel but ? L'enquête sera menée par deux vieillards désenchantés : Nino l'anarchiste et Oscar le poète irlandais, Oscar Wilde bien entendu, qui rêve surtout de faire sauter la Tour Eiffel, "parce qu'elle est affreuse, tout bonnement, et qu'elle défigure Paris".

Ce premier roman sympathique parlera à tous les amoureux de Paris et de la Belle Époque – dans toutes leurs ambiguïtés respectives. L'intrigue rebondit souvent de quartier en quartier et les rebondissements sont légion. Certes, l'auteur en fait parfois trop : les dialogues sont truffés de divers argots de façon trop systématique pour être réellement crédible ; les personnages sont hauts en couleurs au point d'en être parfois caricaturaux, tel ce policier passionné de course automobile ; et l'on passera quelques traits d'esprit un tantinet tirés par les cheveux. Une seule véritable petite déception : l'intrigue devient quelque peu confuse sur la fin et l'identité du coupable n'est pas une grande surprise. Mais l'enquête est suffisamment prenante pour que le lecteur pardonne ce manichéisme un peu facile, qui oppose les gentils anarchistes aux vilains fascistes, le tout arbitré par des policiers forcément ridicules. Après tout, y compris et surtout dans ses outrances, Le Linceul du vieux monde est un bel hommage aux romans-feuilletons de l'époque.

Citation

La société sait où sont les dangers qu'elle doit le plus cruellement réprimer. La civilisation n'aime pas les terroristes, qui la font reculer, mais elle abhorre encore plus les poètes, qui la font progresser.

Rédacteur: Claire Duvivier mercredi 25 février 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page