Un endroit discret

Même si tu possèdes la même intelligence que lui, le monde qui t'entoure ne peut admettre cet état de fait. Aux yeux de tous, tu restes une fille, c'est-à-dire qu'on attend de toi d'autres capacités, une autre manière de voir les choses, un autre caractère que celui de ton frère.
Nicolas Bouchard - Les Disparus de la source
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Succession
Le Kimbavu est un État imaginaire d'Afrique Centrale isolé du monde et pourvu de son dictateur local....
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 29 septembre

Contenu

Roman - Policier

Un endroit discret

Disparition MAJ mercredi 16 mai 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,1 €

Seicho Matsumoto
Kikanakatta basho - 1983
Traduit du japonais par Rose-Marie Makino, Yukari Kometani
Arles : Actes Sud, novembre 2010
216 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7427-9536-9
Coll. "Actes Noirs"

État de faits

Tsunéo, employé du ministère de l'agriculture, est en déplacement à Kobe lorsqu'il apprend le décès de sa femme, atteinte d'une crise cardiaque. Eiko, une femme de santé fragile et au caractère réservé, allait à des ateliers d'écriture de haïkus. Comment a-t-elle pu mourir dans un quartier où elle n'avait aucune raison de mettre les pieds ? Tsunéo, troublé, mène l'enquête et petit à petit découvre une vie secrète qu'il ne soupçonnait pas chez son épouse.

Seicho Matsumoto, traque ce personnage de fonctionnaire de l'État pris dans la tourmente. Partagé entre le désir de connaitre la vérité et celui de conserver sa situation, Tsunéo jouera des coudes et de son pouvoir afin de mener ses recherches de façon discrète et maîtrisée. Lui qui a toujours tout contrôlé dans sa vie ne changera rien à ses habitudes, et appliquera à son enquête la rigueur qu'il met dans n'importe quel travail. Ses supérieurs louent son travail et ses employés le respectent. Sa femme était une parfaite icône de servitude et de sagesse. Quand celle-ci meurt, c'est tout un monde caché qui se révèle à lui, en même temps qu'il a cette impression que sa propre vie n'a été qu'une mascarade.
C'est de pouvoir, de position sociale et de toutes ces règles de bienséance de la société japonaise que conte ici l'auteur d'Un endroit discret. Par une succession de faits, l'enquête de Tsunéo et la façon dont sa fonction l'emprisonne nous rappellera sans coïncidence aucune une certaine actualité. Seicho Matsumoto critique le système japonais en le mettant face à ses propres absurdités mais pas seulement. Il s'attaque aussi plus précisément aux hommes de pouvoir, suivant ainsi la pensée de Montesquieu : "Pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que le pouvoir arrête le pouvoir." C'est une lutte au sommet de l'échelle, mais solitaire, que construit Tsunéo de ses mains, et que lui seul pourra briser.
C'est le quatrième roman de Seicho Matsumoto traduit en France. On le désigne souvent comme le Simenon japonais. La construction de son récit réserve quelques bonnes surprises. On s'accroche à la volonté de Tsunéo, et lorsque l'on pense enfin voir le jour dans cette affaire, on est surpris de n'être qu'à la moitié du roman. Commence alors un tout autre chemin pour Tsunéo qui, prisonnier de ses certitudes, ne sait plus quoi faire quand il doit improviser. Ses sentiments viennent à s'opposer et à en devenir une véritable torture. Quand la providence vient s'en mêler, Tsunéo est perdu, en déséquilibre dans ce Japon basé sur des piliers de traditions, qui semblent si inébranlables au point d'en devenir écrasants. La folie n'est pas loin et le guette. Soumis au crime, il attend le châtiment.

Un endroit discret est un très bon roman au style fluide et maîtrisé. Sans révolutionner le genre, il a sa touche originale qui le rend très agréable et invite à la lecture de l'œuvre de Seicho Matsumoto, et plus particulièrement Tokyo express, roman phénomène au Japon, ou Le Vase des sables (dont l'adaptation cinématographique est également disponible en DVD).

Citation

C'est ainsi, pendant qu'elle marchait, que votre épouse brusquement s'est senti mal. Mais comme nous toutes, elle a dû penser qu'il serait inconvenant de s'effondrer dans la rue, que ce serait honteux, alors elle a supporté la douleur, avant d'entrer dans le premier magasin venu.

Rédacteur: Kristophe Noël mardi 15 mai 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page