L'Assassinat de la Dame de pique

Sous son déguisement de taiseux tissé pour tenir à distance les importuns, le quadragénaire est un grand bavard. Par les cirques, les crêtes et les moraines, en toute saison et par tous les temps, il cause, mais en dedans. Il adresse des messages silencieux à la montagne. Elle lui répond avec le seul langage qu'elle connaisse. Fleurs, torrents, bêtes, nuages, rocs et brumes, voilà son vocabulaire, et la patience, sa grammaire.
Éléna Piacentini - Comme de longs échos
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 juillet

Contenu

Nouvelle - Insolite

L'Assassinat de la Dame de pique

Disparition - Assassinat MAJ jeudi 19 avril 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Julien Campredon
Paris : Léo Scheer, mai 2011
152 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-7561-0310-5

Pique et pique et colle un drame

Disons-le tout net : L'Assassinat de la Dame de pique n'est pas un recueil de nouvelles noires. On aurait même plutôt tendance à y voir un bon paquet de couleurs. Mais notons néanmoins qu'il y a plusieurs morts, deux enlèvements, une séquestration, un exil forcé, des tourments infligés à un troupeau de porcs, un homme balancé par dessus un pont, un martyre traîné au sol jusqu'à explosion de sa boîte crânienne, et un esclave que l'on force à pédaler jusqu'à la mort parce que l'on a pas jugé utile de le nourrir... sans parler d'une horde d'amazones vengeresses qui se ruent sur un bellâtre qui prétend ne rien faire d'autre que procurer du plaisir à des femmes qui ne demandent que ça.
Dans les histoires de Julien Campredon, il faut s'attendre à tout : il y a toujours ce décalage entre ces mini-épopées où le ton passe de l'épique au quotidien, où le vocabulaire fait des bonds d'un champ lexical à un autre, où le dramatique, l'infortune, la naïveté, la mesquinerie et la détresse se côtoient en un paragraphe : "Je n'y peux rien. De toute manière, quoi que je fasse pour m'en sortir, les gens désapprobateurs de ton espèce commencent par me jeter leur indignation à la figure, puis me coupent ma connexion internet, et décident tout naturellement de me jeter en fin de soirée dans le coffre de leur voiture."

Sept nouvelles qui débutent par la géniale histoire d'un homme qui se retrouve sans trop savoir pourquoi ni comment sur une île déserte. Loin de se désespérer, il trompe sa solitude en répétant les gestes qui rythmaient sa vie du temps où il avait un bureau, vilipendant une secrétaire fictive et fantasmant sur des formulaires administratifs. Sept nouvelles qui se terminent sur un bateau où les parties de cartes sont réglées à coup de boites de conserve dans la mâchoire, de balles dans le genou et d'assassinat de dame de pique. Alors non, il ne s'agit pas d'un livre noir mais quand Julien Campredon dégaine, les dames de pique trépassent et les valets se tordent de rire.

NdR - Le recueil comporte les nouvelles suivantes : "Les Feuillets mystérieux de Steve Martins", La Vision cinétique du monde par monsieur Aymé Delagrotte", "La Griffure du genêt scorpion", L'Ultime confession du capitaine Jambon", "La Vallée des hommes désespérés", "Saint Torero, mémoires de la gitane qui danse" & L'Assassinat de la Dame de pique".

Citation

Je revins à moi tout nu dans un loft refait selon des goûts tendance et une humeur 'taupe', les mains dans le dos attachées par des menottes doublées de fourrure rose.

Rédacteur: Gilles Marchand mercredi 11 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page