Les Bootleggers

C'est ainsi, pendant qu'elle marchait, que votre épouse brusquement s'est senti mal. Mais comme nous toutes, elle a dû penser qu'il serait inconvenant de s'effondrer dans la rue, que ce serait honteux, alors elle a supporté la douleur, avant d'entrer dans le premier magasin venu.
Seicho Matsumoto - Un endroit discret
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 15 octobre

Contenu

DVD - Policier

Les Bootleggers

Trafic MAJ mercredi 25 janvier 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format

Tout public

Prix: 2,88 €

Joseph Sargent
White lightning - 1973
Paris : MGM, mars 2005
1 DVD Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm

Shérif, fais-moi peur !

Un an plus tôt, Burt Reynolds a cartonné au box-office : Délivrance et Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander, pas mal... L'année suivante, après John Boorman et Woody Allen, retour à la normale et au B-movie. Ce Bootleggers est de cette veine. Du polar costaud, belle mécanique huilée qui vous colle au siège avec une intrigue sans prétention : un dénommé Gator ("Croco" dans la version française), condamné pour trafic et fabrication de whisky, est sorti de prison par les Fédéraux pour enquêter sur la mort de son jeune frère. Le shérif de Bogan (Ned Beatty excellent en gros shérif qui ne ressemble à rien mais que rien n'effraie) est soupçonné car tout le monde sait qu'il touche des pots-de-vin sur le trafic des bootleggers, et il a tout intérêt à ce que ça continue. Mais les étudiants, c'est pas son truc... D'ailleurs, personne ne les aime dans l'Arkansas. Bogan, c'est l'Amérique sudiste, profonde et conservatrice, celle des rednecks à chemise écossaise à bouton pression, des courses de bagnole sur la poussière rouge, de la NRA, des bébés prénommés "Jimmy Lee". On n'aime ni les communistes, ni les noirs, ni les étudiants qui, c'est bien connu, sont tous des "déserteurs fumeurs de haschisch".
Dans ce pays de trous du cul, Burt Reynolds a fort à faire. D'ailleurs, il transpire tout le temps à grosses gouttes. Mais au volant, il assure comme une bête et les poursuites sont spectaculaires. En voyant la dernière, on se dit d'ailleurs que Quentin Tarantino a dû rererevisionner ce film avant d'attaquer son Boulevard de la mort. La violence est réaliste, sauvage, à fleur d'écran. Mais ce qu'on n'oubliera pas de sitôt, c'est la "tranquille" exécution de la séquence d'ouverture. Musique blues, décor de bayou, pirogue, paysage de carte postale mais effet glaçant !

Les Bootleggers : 101 min. réalisé par Joseph Sargent avec Reynolds, Jennifer Billingsley, Ned Beatty, Bo Hopkins, Matt Clark...

Illustration intérieure

Ne vous y fiez pas ! Il n'est pas si décontracté que ça, Burt Reynolds...


Citation

Si tu veux coincer le shérif, faudra que tu le descendes…

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur mercredi 25 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page