Innocence perdue

Tu parles, Charles. Regarder deux mecs bouffer tes couilles, c'est pas exactement gagner. Si tu veux mon avis, ça ressemble comme à deux gouttes d'eau à perdre.
Deis Johnson - Personne bouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 26 juin

Contenu

Roman - Noir

Innocence perdue

Hard boiled - Assassinat MAJ jeudi 26 janvier 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8 €

Donald Westlake
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Janine Hérisson, revu et complété par Aldéric Gianoly
Paris : Rivages, janvier 2012
252 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2299-2
Coll. "Noir", 848

Disparition de Tucker Coe

Les éditions Rivages continuent le vaste travail de réédition de l'intégrale de Donald Westlake. L'homme a cassé sa pipe il y a maintenant trois ans, mais nombre de ses romans sont encore indisponibles. Innocence perdue était de ceux-là. Les amateurs de Westlake sous tous ses pseudonymes l'ont peut-être déjà lu. Il s'agit dans les faits de la réédition complétée et révisée du Sang des innocents paru à la "Série noire" et signée Tucker Coe. Les époques changent et les pseudonymes disparaissent. L'heure est à la centralisation et à l'uniformité.

Loin des cambriolages burlesques d'un Dortmunder ou des actions dures et froides d'un Parker, Mitch Tobin est l'acteur initial d'un drame en x-actes. Il apparait pour la première fois dans ce roman (ce qui, vous l'aurez compris, fait de lui un héros récurrent). C'est un ancien flic tombé en disgrâce le jour où son coéquipier s'est fait tuer alors que lui était avec sa maîtresse. Personnage honni autant que meurtri, il vit reclus chez lui avec sa femme, et n'entend rien faire d'autre que construire une palissade au sens propre comme au sens figuré. C'est sans compter sur sa cousine Robin Kennely, une jeune idéaliste, qui a ouvert avec des amis une cafétéria dans Greenwich Village. L'agissement trouble d'un flic lui fait se demander s'il souhaite un pot de vin ou un flagrant délit de pot de vin pour faire fermer la boutique. À contrecœur, Mitch Tobin accepte de se rendre à cette cafétéria pour discuter avec Robin et ses amis, puis avec ce flic. Quand la porte de la cafétéria s'ouvre sur une Robin en état de choc la robe gorgée de sang, l'on se dit que tout ne va pas se passer comme prévu, et l'on a bien raison.

Mitch Tobin sous la plume de Donald Westlake ou Tucker Coe entame alors une enquête où s'entremêlent action et psychologie. De l'action, il en faut puisque tout accuse Robin : elle aurait tué son petit ami retrouvé entre les bras d'une prostituée camée. Seulement, rien ne semble coller dans cette histoire. Il y a ce flic qui est toujours au bon endroit et qui traine son spleen, il y a l'intuition de Mitch, confortée par ses passages au poste de police (il y est mal vu et mal traité, mais il s'en sort toujours), et il y a les faits. Cette enquête, Mitch Tobin se l'approprie avec la pugnacité d'un détective de roman noir. Il en a les failles, l'expérience et les contrariétés. Il ne lui reste plus qu'à dévoiler la vérité sordide, ce qui sera fait dans un roman haletant où il manquera mourir, diablement bien écrit, avec concision et précision, prouvant s'il fallait encore en douter, que Donald Westlake était un auteur qui aimait jouer avec les styles et les intrigues...

Citation

Vous êtes le gars qui a dit : 'Arrêtez le monde, je veux descendre.' Alors ils ont arrêté le monde et vous êtes descendu. Et maintenant vous observez tout ce qui se passe de l'extérieur.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 25 janvier 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page