Black blocs

Le nombre de sites consacrés au suicide... on n'imagine pas. Dès qu'on à les mots-clés, on a l'impression que la planète ado ne pense qu'à se flinguer. Les gens croient qu'on ne pense qu'au sexe à quinze ans, eh bien pas du tout : on ne pense qu'à la mort.
Élise Fontenaille - Le Soleil et la mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 08 mars

Contenu

Roman - Noir

Black blocs

Politique - Assassinat MAJ vendredi 03 février 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Elsa Marpeau
Paris : Gallimard, février 2012
322 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-07-013567-7
Coll. "Série noire"

Actualités

  • 25/07 Prix littéraire: Sélection Interpol'art 2012
  • 13/04 Prix littéraire: Sélection 2012 du Prix Landerneau Polar
    Les Espaces Culturels E. Leclerc affinent leur Prix Landerneau, et lancent le Prix Landerneau Polar.
    Le Prix Landerneau Polar revient au livre d'un auteur francophone publié entre février et mai, dont le sujet et la qualité du style sont à même de rassembler un large public. La première sélection de huit ouvrages est établie par l'ensemble des libraires des Espaces Culturels E. Leclerc. Un jury restreint composé de libraires réunis autour d'un Président qui est un écrivain reconnu et confirmé, et de Michel-Edouard Leclerc désignera le lauréat.
    L'auteur de l'ouvrage primé pour le Prix Landerneau Polar bénéficiera d'une campagne de publicité dans la presse offerte par les Espaces Culturels E. Leclerc et recevra une dotation de 6000 €. On imagine aussi que son ouvrage sera mis en valeur dans les Espaces Culturels.

    Sélection 2012 :
    - Casanova et la femme sans visage, d'Olivier Barde-Cabuçon (Actes sud, "Actes noir") ;
    - Blue Jaw Way, de Fabrice Colin (Sonatine) ;
    - Mapuche, de Caryl Férey (Gallimard, "Série noire") ;
    - Black blocs, d'Elsa Marpeau (Gallimard, "Série noire") ;
    - Arab jazz, de Karim Miské (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes") ;
    - Les Hamacs de carton, de Colin Niel (Le Rouergue, "Rouergue noir") ;
    - Wonderland, de Gilda Piersanti (Le Passage, "Ligne noire") ;
    - Le Roi lézard, de Dominique Sylvain (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes").

    Plusieurs tendances se dégagent de cette sélection variée, en nombre et de qualité. Tout d'abord, un panachage d'auteurs confirmés (Dominique Sylvain, Gilda Piersanti, Caryl Férey) et de nouveaux venus (Fabrice Colin, Colin Niel, Karim Miské). Ensuite, deux maisons - Viviane Hamy et Gallimard - tirent leur épingle d'un jeu où Le Masque, Métailié, Fayard et Albin Michel (entre autres !) sont absentes. Enfin, c'est une sélection orientée "noir" teintée de "policier" mais surtout pas "thriller".
    Rendez-vous le 3 mai pour savoir qui aura séduit le jury de ce premier Prix Landerneau du Polar dont le Président est Franck Thilliez, choix surprenant après la lecture de la sélection, mais non inintéressant !...
    Liens : Blue Jay Way |Arab jazz |Wonderland |Fabrice Colin |Caryl Férey |Elsa Marpeau |Karim Miské |Colin Niel |Gilda Piersanti |Dominique Sylvain |Franck Thilliez

  • 10/02 Édition: Parutions de la semaine - 10 février

Désobéissance incivile

Black Blocs : terroristes anarchistes selon la police, groupes dissidents selon eux-mêmes. Samuel, professeur en sociologie, fait partie d'un de ses groupes, enfin, en faisait partie. Depuis qu'il a été retrouvé dans son bureau assassiné d'une balle dans le dos, ses fréquentations se sont limitées. Swann, sa femme, ignorait jusque-là tout de ses activités politiques, mais la découverte du local où il prenait part à ses activités, et se servait pour loger quelques uns des dissidents du groupe, lui permet de faire une nouvelle ébauche de celui qu'elle croyait bien connaître. Autre élément perturbateur : la convocation de deux membres de la SDAT (Sous-Direction Anti-terroriste), qui voient en elle la principale suspecte de ce qu'ils jugent être un assassinat grossièrement maquillé en cambriolage. Sur place, ce service lui apprend que Samuel était en réalité leur indic au sein de ce Black Bloc. L'esquisse faite par Swann de son mari en activiste politique se brouille. Difficile alors de se faire une image précise de cet homme : mari, indic, activiste ? Swann ne sait vraiment plus quoi penser. Reste une chose, trouver celui qui l'a tué.

Pour écrire son deuxième polar, Elsa Marpeau se penche sur le désarroi d'une femme, son combat et celui d'activistes politiques. Si la première partie du roman, s'épanche trop longuement peut-être sur le deuil et la perte de repère, au risque de lasser le lecteur, l'intrigue s'installe peu à peu en se focalisant davantage sur l'immersion de Swann dans un monde qui lui est étranger voire hostile. Le roman se recentre alors sur le Black Bloc, ses membres et son combat pour, au fil des pages, lui donner un ton profondément social voire engagé.
Si un confrère chroniqueur cherchait dans Les Yeux des morts un rapport avec Elsa Triolet ou Aragon, dans ce nouveau Marpeau, le lien avec le livre L'Insurrection qui vient, du Comité Invisible est évident et assumé, citant certains passages du livre et semblant revisiter l'affaire à laquelle ce groupe a été lié. Les scènes de manifestation menées par ceux que la novlangue définit comme l'ultra-gauche, sont décrites telles de véritables TAZ chères à Hakim Bey, dans lesquelles l'auteur semble prendre beaucoup de plaisir à plonger son lecteur et ses personnages. Un plaisir qui poussera peut-être certains à créer un groupe de "lecteurs vigilants" pour suppléer à celui des "voisins vigilants", ce qui ne serait pas pour déplaire à notre inistre de l'Intérieur. Les autres, les lecteurs irresponsables et passifs, se contenteront de voir dans le dernier livre d'Elsa Marpeau, un roman efficace et corrosif.

Nominations :
Prix Polar Michel Lebrun 2012
Prix Landerneau Polar 2012
Prix de la ville de Mauves-sur-Loire 2013
Prix Interpol'Art "Roman" 2012

Citation

On a ouvert la porte et cassé la fenêtre de leur monde protégé. On leur a montré que ces barrières étaient en papier, ces fermetures illusoires.

Rédacteur: Benjamin Fricard vendredi 30 mars 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page