Ça commence à Vera Cruz

Un flot incessant de M16, de Beretta, passent chaque année en profits et pertes, perdus, détériorés ou inutilisables pour une raison quelconque, après quoi ces armes sont détruites, sauf qu'elles ne le sont pas . Elles sortent en douce par la porte de derrière en pleine nuit et, une heure plus tard, elles réapparaissent au marché noir à l'armurerie.
Lee Child - Mission confidentielle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 19 novembre

Contenu

DVD - Noir

Ça commence à Vera Cruz

Braquage/Cambriolage - Road Movie - Corruption MAJ dimanche 27 mai 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Don Siegel
The Big Steal - 1949
Serge Bromberg (présentation)
Paris : Montparnasse, septembre 2004
1 DVD VOST Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "RKO", 36

Road movie mexicain

Avec Ça commence à Vera Cruz, un film de Don Siegel tourné en quelques semaines au Mexique, et avec en guest stars le très séducteur Robert Mitchum et la non moins très charmante Jane Greer, nous nous installons dans un vrai film noir léger. C'est l'histoire d'un homme malhonnête avec une valise de billets forcément dérobés qui est poursuivi par notre couple de héros eux mêmes poursuivis par un autre (William Bendix,personnage ambigu qui retrouvera Mitchum dans un rôle à la fois similaire et opposé pour Macao, de Joseph von Sternberg trois ans plus tard), lui même pourchassé par la police mexicaine aux aguets toujours avide de jouer au chat et à la souris ("Il était une fois un chat qui jouait avec une souris. Mais il l'a laissa filer, afin de pouvoir la suivre jusqu'à un groupe d'autres souris !"). Ça commence à Vera Cruz mais ça continue sur les routes du Mexique pour se conclure dans une hacienda. Entretemps, il y a des courses-poursuites, de la castagne, des jeux de mots, des regards...

Dès le début, Robert Mitchum et Jane Greer se font la guerre (ce qui tend à faire croire aux plus sceptiques s'il en était qu'ils vont évidemment finir dans les bras l'un de l'autre), rivalisent de répliquent piquantes, caustiques et humoristiques tout en mettant en avant la morgue américain dans ce pays mexicain. Le road movie est magnifique à souhait, les courses de voitures improbables, Mitchum séduisant, Greer classe, Bendix troublant, et c'est une succession de scénettes auxquelles nous assistons gaiement avant de nous immerger finalement dans la noirceur et la complexité de ces films de genres avec délectation. Impressionnant, propre et efficace. Bref :: un classique à voir et à revoir !

Ça commence à Vera Cruz : 102 min. réalisé par Don Siegel sur un scénario de Geoffrey Homes & Gerald Drayson Adams avec Robert Mitchum, Jane Greer, William Bendix, Ramon Novarro...
Bonus. Présentation de Serge Bromberg.

Citation

- Nous désirons que nos visiteurs se sentent comme Adam au Paradis Terrestre.
- Il avait lui aussi des ennuis.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 07 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page