Intrusion

Comme un alcoolique qui redoute à la fois ses souvenirs et ses rêves, je me méfiais de mes perceptions, moins à cause de la crainte qu'elles ne fussent des illusions, qu'en raison de la certitude qu'elles étaient réelles.
James Lee Burke - Creole belle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 19 octobre

Contenu

Roman - Noir

Intrusion

Enquête littéraire MAJ mardi 22 novembre 2011

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Natsuo Kirino
In - 2009
Traduit du japonais par Claude Martin
Paris : Le Seuil, septembre 2011
276 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-02-103470-7
Coll. "Policiers"

C'est In, c'est Out !

Littérature noire aurait mieux convenu que "policiers", macaron apposé sur la couverture en justificatif par les éditions du Seuil. D'autant que vous ne croiserez aucun mort dans cet ouvrage. Livre miroir, mise en abyme de l'auteur au travers d'un autre écrivain, personnage du roman étudiante enquêtant elle-même sur l'œuvre d'une autre. Une œuvre qu'il nous est proposé de lire en parallèle, livre dans le livre, quand la fiction inspire la réalité et réciproquement.

Roman très court, mais parfois ennuyeux. Qu'on aimait les pavés de Natsuo Kirino ! Out et Monstrueux. Intrusion est le vingt-cinquième roman de l'auteur japonaise Natsuo Kirino, alors on sent l'évolution ou du moins cette envie qu'a l'auteur de s'engager dans d'autre voies. À soixante et un ans, c'est ici d'écriture et de création dont il est question, et le concept s'avère passionnant, déroutant et inattendu. Encore plus si on ne connaît pas l'auteur. On a néanmoins envie de demander à la maison d'édition où sont passés les vingt autres romans ? On suppose (et espère) qu'ils suivront de façon irrégulière...

Oui, Natsuo Kirino a un certain talent pour décrire la psychologie de ses personnages, les placer dans des situations folles, mais au miroir hyper réaliste à faire froid dans le dos du lecteur. Cependant l'ennui n'est pas loin. À mi-chemin entre la chronique sociale du couple japonais et le fait divers, transparaît une certaine âpreté d'un Japon sur le déclin, de cellules familiales en désuétude et pertes de repère, et du questionnement de l'auteur sur le sens de tout ça et le sens qu'il y aurait à le raconter, l'écrire.
C'est là qu'aurait pu poindre un sujet des plus intéressants à raconter les travers d'une société dans un ressassement de fictions littéraires. N'en vient-on pas à se perdre dans les clichés que l'on s'est construit en tant qu'écrivain ?

La question qu'on se pose c'est en quoi In est-il une réponse à Out ? Dans Out, il se passe un foisonnement de choses, d'actions, de rebondissements, et le sang coule ! Ici, la tonalité du récit qui suit une ligne sans haut ni bas, ni flaque de sang. Surtout, on attend que Intrusion soit à la hauteur de Out.
Tamaki est une jeune romancière d'une trentaine d'années, qui a vécu une histoire d'amour intense avec Seiji, son éditeur. Leur séparation un an plus tôt a été très douloureuse, mettant en péril leurs familles respectives. Tamaki va puiser dans cette histoire, elle-même racontée dans un livre intitulé Innocent, la matière de son prochain livre, mais pour cela elle doit découvrir qui est "O", la maîtresse du grand écrivain Mikio Midorikawa. Mais qui est "O" si ce n'est l'œuvre de la romancière elle-même ? Nous partons donc à la fois à la rencontre des personnages du roman et de ceux qui ont existé, accompagnant l'auteur Natsuo Kirino, elle-même dans cette quête.
Il faut être patient jusqu'à la fin, parce que c'est là que se jouera la teneur de ce psychodrame en forme de Matriochka.

Intrusion est pourvu de thématiques sur le fil du rasoir comme on les aimait chez Kirino, d'un concept qui aurait pu aller bien au-delà. La gorge est asséchée et la faim tiraille à l'achèvement de ce court roman dans lequel on aurait pu décerner une inspiration puisée chez Edogawa Rampo, mais c'est du Natsuo Kirino, parfois Insipide, parfois brillant, c'est vrai, mais souvent à l'ennui... imperturbable. Natsuo Kirino à reçu dix prix littéraires japonais, on espère en voir la couleur au plus vite.

Citation

Maintenant, elle était angoissée à l'idée de se retrouver seule, abandonnée dans le monde des mots.

Rédacteur: Kristophe Noël lundi 21 novembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page