Bettý

Lausanne est lisse et impénétrable, un monde refermé sur la réalité immédiate, hermétique à quiconque s'en serait échappé, ne serait-ce qu'un instant.
Sébastien Meier - Le Nom du père
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 octobre

Contenu

Roman - Noir

Bettý

Hard boiled MAJ vendredi 28 octobre 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Arnaldur Indridason
Bettý - 2003
Traduit de l'islandais par Patrick Guelpa
Paris : Métailié, octobre 2011
214 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-845-3
Coll. "Noir - Bibliothèque nordique"

Actualités

  • 23/11 Édition: Parutions de la semaine - 23 novembre
    Les amateurs de gros thrillers avec grosses ficelles et beaucoup de rythme seront heureux de voir réapparaitre deux romans "Theodore Boone" de John Grisham chez Fixot. Ceux de littérature naphtalinée anglaise se réjouiront de la parution d'un inédit de Dorothy Leigh Sayers avec une couverture indigne mais aux Presses universitaires du Septentrion. C'est à peu près tout dans une semaine où les parutions en grand format ne sont pas trépidantes. Bien sûr, il y a cet obscur roman noir de Pierre Hanot dans la collection "Vendredi 13" des éditions La Branche, et celui non moins obscur de Percival Everett chez Actes sud. Le reste est à (re)découvrir en poche notamment chez points avec Arnaldur Indridason et son roman non pas policier mais noir, et l'incontournable Andrea Camilleri, ou chez Folio avec John Maddox Roberts et l'inévitable James Sallis.
    Quant au reste, eh bien, lisez, regardez, observez !...

    Fiction adulte grand format :
    La Chair du limier, de Stéphane Belmont (Les Nouveaux auteurs, "Policier historique")
    Blonde(s), de Jean-Bernard Pouy, Dominique Chappay, Anne-Céline Dartevelle & Olivier Roux (Terre de brume, "Littérature")
    Caprices, de Bernard Borrelly (Vents salés)
    Dark Eden. 1, de Patrick Carman (City, "Young adults")
    Montée aux enfers, de Percival Everett (Actes sud, "Actes noirs")
    Theodore Boon : enfant et justicier, de John Grisham (XO)
    Theodore Boone : l'enlèvement, de John Grisham (XO)
    Tout du tatou, de Pierre Hanot (La Branche, "Vendredi 13")
    Total Pace Maker, de Gérard Laveau (Noirval, "Noire")
    Passé décomposé, de Yannick Letty (Terre de brume, "Littératures")
    Ycelui dont les yeux voient, de Yannick Letty (Terre de brume, "Littératures")
    Rock'n rôle, de Zappy Max (ABM)
    Vu sous cet angle, de Christelle Pigère-Legrand (Kirographaires)
    A.P.N. : toutes les données que vous enregistrez sur Internet pourront être retenues contre vous, de Marc Revise (Thot)
    C'est qui l'patron ?, de Marc Ruscart (Terre de brume, "Littératures")
    Le Cœur et la raison : gaudy night, de Dorothy Leigh Sayers (Presses universitaires du Septentrion, "Domaine anglophone")

    Fiction adulte poche :
    La Prisonnière de la tour, de Boris Akounine (Points, "Policiers")
    Betty, de Arnaldur Indridason (Points, "Roman noir")
    Si sombre et inquiétant..., de Edna Buchanan (J'ai lu, "Suspense")
    Intermittences, d'Andrea Camilleri (Points, "Roman noir")
    Le Testament des muses, de Yves Carchon (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments)
    Là où vous ne serez pas, de Horacio Castellanos Moya (10-18, "Littérature étrangère")
    J'attraperai ta mort, de Hervé Commère (Pocket, "Thriller")
    Tes dernières volontés, de Laura Lippman (Points, "Thriller")
    Un arrière-goût de rouille, de Philipp Meyer (Folio, "Policier")
    Disparues, de Chris Mooney (Points, "Policiers")
    Le Sabre du condamné, de I. J. Parker (10-18, "Grands détectives")
    Les Fantômes de Saigon, de John Maddox Roberts (Folio, "Policier")
    Bluebottle, de James Sallis (Folio, "Policier")
    Héritage, de Anna K. Shevchenko (10-18, "Domaine policier")
    Maigret à Pigalle, de Georges Simenon (LGF, "Policier")

    Bande dessinée :
    Actes de vengeance (Panini comics)
    Korea. 2, le Devoir de tuer, de Patrice Buendia & Giuseppe Candita (Zéphyr)
    Une histoire du 36 quai des Orfèvres. 1, Le Mystère HB, de Claude Cancès, Pierre Dragon & Léo Quiévreux (Jacob-Duvernet)
    X-Men : l'intégrale. 1972-1975, de Arnold Drake & Roy Thomas (Panini comics, "Marvel Classic")
    Vigilantes. 2, Premier sang, de Jean-Charles Gaudin & Ricardo Crosa (Soleil)
    XIII. 21, L'Appât, de Iouri Jigounov & Yves Sentes (Dargaud)
    Spider-Man, de David Micheline (Panini comics, "Marvel Omnibus")
    Le Crime de Lord Arthur Saville, de Philippe Nauher & Marc Salet (Roymodus, "Tailler la bavette")
    Le Signe du serpent, de Claudio Nizzi & Aurelio Galleppini (Clair de lune, "Encre de chine")
    Pluie de plomb, de Claudio Nizzi & Claudio Zaniboni (Clair de lune, "Encre de chine")
    Le Crépuscule du vautour, de Yves Swolfs& Thierry Girod (Soleil, "Durango")
    Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au stalag II B, de Jacques Tardi (Casterman)
    Le Tueur du bois Mesdames, de Sébastien Viozat & Cédrick Le Bihan (Même pas mal)

    Cinéma, Télévision, Radio :
    Les Super héros au cinéma, de Olivier Delcroix (Hoëbeke, "Beaux livres")
    Hitchcock par Hitchcock, d'Alfred Hitchcock (Flammarion, "Docs, témoignages, essais)
    Clint Eastwood : dans la ligne de mire, de Frédéric Valmont (D. Carpentier, "Stars de l'écran")

    Criminologie, Prisons :
    Les Cahiers dynamiques. 53, Premiers délits : quelles réponses ? (Érès)
    Jacques Mesrine : l'histoire vraie de l'ennemi public n° 1, de Michel Laentz (Is)
    Un début de mois difficile : itinéraire d'une maman braqueuse, de Rose-Anne Vicari (J'ai lu, "Littérature générale. Document")

    Langue française :
    L'Argot des prisons : dictionnaire du jargon taulard, de Jean-Michel Armand (Horay, "Cabinet de curiosité(s)")

    Littérature de jeunesse (fiction) :
    Les Aventures de Zigomette. 2, Show biz, de Pénélope Pastel (Archipel)
    Barbe-Bleue, d'Anne Royer & Mayalen Goust (Lito, "Minicontes classiques")
    Liens : Tout du tatou |Les Fantômes de Saigon |Une histoire du 36 quai des Orfèvres : le mystère HB |La Prisonnière de la tour |Stéphane Belmont |Jean-Bernard Pouy |Dominique Chappey |Pierre Hanot |Boris Akounine |Arnaldur Indridason |I. J. Parker |James Sallis |Georges Simenon |Yves Sente |Jacques Tardi |Alfred Hitchcock |John Maddox Roberts |Léo Quiévreux |Pierre Dragon |John Grisham

  • 28/10 Édition: Parutions de la semaine - 28 octobre

Reykjavik confidential

Arnaldur Indridason s'est éveillé au genre policier à l'âge de trois ans. "Une nuit, je n'arrivais pas à dormir et je suis allé dans le salon où mon père regardait un film à la télévision. C'était Little Caesar. Ce fut mon introduction à la criminalité et longtemps, ce film est resté mon préféré." Little Caesar, réalisé par Mervyn LeRoy et adapté d'un roman de W. R. Burnett, l'auteur de Quand la ville dort (The Asphalt Jungle, 1949), est une œuvre noire qui retrace l'ascension d'un criminel italien sans scrupules. Longue introduction me direz-vous ? Surtout pour une chronique dédiée à un opus du romancier islandais le plus célèbre de ses quinze dernières années. Ce préambule m'apparaît cependant nécessaire avant toute tentative d'expliquer pourquoi il faut lire Bettý, un texte à part dans la production d'Arnaldur Indridason, sans doute le premier roman harboiled islandais.

Écrit à la première personne, ce court récit publié en 2003 entre La Voix et L'Homme du lac, ne met pas en scène le célèbre commissaire Erlandur Sveinsson, mais une femme fatale, Betty. Une plante vénéneuse qui a empoisonné la vie d'un bien naïf conseiller juridique. Pourquoi ? Comment ? C'est toute l'ambition d'Indridason que de le faire découvrir à ses lecteurs, par éclair de mémoire interposé. Tantôt emprisonné dans sa cellule, tantôt prisonnier d'un passé sulfureux avec Bettý, passé qu'il se remémore avec remords mais sans véritables regrets, le narrateur nous confie un à un les rouages d'un piège féminin machiavélique. Bien sûr, on pense à Brigid O'Shaughnessy dans Le Faucon maltais de Dashiell Hammett, où encore à Cora dans Le Facteur sonne toujours deux fois. Est-ce d'ailleurs un hasard si Indridason cite le chef-d'œuvre de James M. Cain en exergue de Bettý ? Pourtant, Indridason insuffle de la modernité à son archétype de vamp. Un vent du nord, dont le murmure glacé raconte un pays à la dérive, au-dessous du volcan... Un pays au bord du gouffre aussi, où l'Argent l'emporte sur la Nature. Où la Naïveté crève sous les coups acharnés de la Perversion. Betty n'est peut-être finalement que l'incarnation de cette Islande viciée, prête à faire chuter l'État insulaire dans le gouffre financier de 2008. Et voilà certainement l'une des clés du succès des best-sellers venus du froid, leur capacité à digérer l'imaginaire policier et criminel américain tout en s'ancrant fermement dans un terroir et des préoccupations purement septentrionaux. Finalement, à la dernière page, chacun donnera à Bettý le visage qu'il souhaite. C'est la force des grands romans que de transcender leurs personnages. C'est toute la puissance de ce grand roman de feu et de glace.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°44

Citation

Je ne sais plus ce qui était vérité et ce qui était mensonge. Je ne crois plus rien, mais à l'époque, quand elle parlait de ses désirs et de ses passions, j'écoutais et je sentais combien elle m'attirait, je sentais combien nous avions de choses en commun, et même une expérience commune dont nous ne pouvions parler sans entraves et sans façons quand nous commencions à mieux nous connaître.

Rédacteur: Guillaume Lebeau dimanche 20 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page