Nid d'espions

Le mauvais côté des vacances, c'est qu'un jour elles se terminent.
Jussi Adler-Olsen - Profanation
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 juillet

Contenu

DVD - Espionnage

Nid d'espions

Psychologique - Guerre MAJ dimanche 30 septembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Richard Wallace
Scénario adapté de l'œuvre de Dorothy B. Hugues
The Fallen Sparrow - 1943
Introduction de Serge Bromberg
Robert Wise (monteur)
Paris : Montparnasse, août 2011
1 DVD VOST Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "RKO", 119

Espions nazis mis RKO

En 1943, Richard Wallace réalise pour la prestigieuse RKO Nid d'espions, un film noir et d'espionnage de propagande - Seconde Guerre mondiale oblige - avec John Garfield (qui peut donc apporter sa contribution de guerre autrement qu'en effectuant son service militaire : il a été réformé pour complications cardiaques) et Maureen O'Hara.
Librement adapté du roman éponyme de Dorothy B. Hugues (The Fallen Sparrow, publié en français sous le titre Chute libre), le film est la confrontation entre le héros solitaire revenu des Enfers et une horde sauvage mais raffinée à la recherche d'un objet égaré. John McKittrick (John Garfield), un ancien engagé dans la guerre civile espagnole, emprisonné, torturé dans les geôles fascistes, évadé, se retrouve à New York, guéri, du moins le croit-il, de ses hallucinations auditives exhumées des longs moments à affronter un bourreau boiteux et sa torture mentale. Sa route croise alors des aristocrates prussiens d'une belle élégance réunis autour de la splendide Toni Donne (Maureen O'Hara). Mais pour John McKittrick, les tourments du passé ne cessent de rejaillir. Et à mesure que le film se déroule, on découvre peu à peu une sourde machination psychologique orchestrée par le Dr Christian Skaas (Walter Slezak) et des espions nazis.

Extrait de Nid d'espions (1943)

John McKittrick, à peine de retour à New York est présenté au Dr. Christian Skaas. Une première confrontation qui ne restera pas sans suite...

Rien de bien original, me direz-vous, dans ce film avec un scénario efficace mais convenu si ce n'est la grande maîtrise d'un des réalisateurs cruciaux du genre, Richard Wallace, associée à un duo de comédiens à l'époque hors pairs, qui se fondent dans un clair-obscur rendu assourdissant par la démarche trainante d'un être plus difforme dans sa tête que dans son corps. Une once de bons sentiments, un peu d'amour, beaucoup de trahisons, un rejet du pardon et la victoire du Bien contre le Mal, de la Raison contre la Folie car après tout l'on est vraiment dans le film de propagande, qui plus est dans une année charnière de la guerre où les incertitudes du terrain doivent laisser la place aux certitudes de la Toile. 1 h 34 au final d'un pur régal (à visionner en version originale, allez savoir pourquoi une version française est proposée alors même que l'un des nombreux intérêts du film réside dans les dialogues secs ou angoissés tenus par les protagonistes de ce drame patriotique ; et puisque vous l'avez acheté ce film, c'est bien que vous êtes un puriste du film noir, non ?) jusqu'à un dénouement à vous déchirer le cœur...

Nid d'espions : 94 min. réalisé par Richard Wallace sur un scénario de Dorothy B. Hugues et Warren Duffin adapté du roman de Dorothy B. Hugues Chute libre avec John Garfield, Maureen O'Hara...
Bonus. Présentation de Serge Bromberg.

Citation

En ce moment, je fais une étude sur les cruautés des gens envers leur prochain. Votre point de vue serait inestimable.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 04 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page