Un safari tout confort

Tu vois le problème avec les bas du front, c'est leur vision à court terme. Je vais te mettre dans ton élément : je t'ai percé l'artère fémorale, il te reste sept minutes à vivre, c'est assez pour me dire comment retrouver cette garce de Fia et son trou du cul de majordome.
Lionel Marty & Boris Beuzelin - Mako
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Roman - Policier

Un safari tout confort

Humoristique - Énigme - Faits divers MAJ jeudi 04 août 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,4 €

Alexander McCall Smith
The Double Comfort Safari Club - 2010
Traduit de l'anglais par Elisabeth Kern
Paris : 10-18, mai 2011
256 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-05227-8
Coll. "Grands détectives", 4445

Où Mma Ramotswe fait preuve de détermination

Mma Ramotswe a un emploi du temps bien chargé. En effet, elle doit retrouver un guide de safari. Il lui faut également épauler Mma Makutsi, dont le fiancé est accidenté, assister une amie qui a des problèmes de couple, tout en réparant une injustice criante. Alexander McCall Smith dévoile un nouveau volet des enquêtes de la meilleure détective du Botswana.

M. J.L.B. Matekoni, au volant de sa dépanneuse, philosophe sur les voitures et leur fonctionnement. Doublé par la gauche, il retrouve le chauffard près de Mma Mateleke, la sage-femme, amie de son épouse, qu'il vient dépanner. Celui-ci repart rapidement d'où il vient alors qu'il affirmait aller plus loin.
Le fiancé de Mma Makutsi, a été amputé, et une tante irascible empêche toute visite. Mma Ramotswe prépare une expédition dans le delta de l'Okavango pour retrouver un guide de safari et répondre, ainsi, aux volontés posthumes d'une touriste américaine. Elle doit consoler et faire triompher la justice dans une affaire d'escroquerie de Violet Sephoto, l'ennemie de Mma Makutsi...

On retrouve, dans ce roman, les principaux acteurs de la saga de Mma Ramotswe. L'auteur développe particulièrement, à travers quatre interventions de son héroïne, les relations femmes-hommes, l'évolution du couple. Il détaille les approches et les perceptions différentes, selon le sexe, des situations et des événements.
L'auteur évoque, avec le regard de son héroïne, le Botswana qu'elle juge le plus beau pays du monde. Il fait l'apologie d'un mode de vie, d'un mode de pensée, d'une façon d'appréhender l'existence et ses vicissitudes, de savoir ne pas se plaindre de son sort et surtout, surtout, de ne pas reprocher aux autres des choses dont on est seul responsable. Il revient sur les valeurs traditionnelles entretenues par les populations des zones rurales et que les générations, issues de ce milieu, continuent de perpétrer comme les liens familiaux, même les plus lointains. Il rappelle les notions d'entraide et d'hospitalité, ainsi que l'attachement aux ressources fondamentales que sont le bétail, source de vie dans un pays au climat rude.

Alexander McCall Smith continue de jouer avec les rapports empreints d'équivoque entre la détective et sa secrétaire. Cette dernière, issue d'une famille démunie d'une zone rurale difficile cherche à élever son statut social. Elle se présente toujours comme l'assistante détective, reprend Mma Ramotswe quand celle-ci lui donne le titre de secrétaire, bien qu'elle soit très fière de la note, jusqu'ici inégalée, de quatre-vingt-dix-sept sur cent obtenue à son examen final de l'Institut de secrétariat du Botswana.
L'auteur fait toujours preuve d'un humour très subtil dans ses dialogues, dans les réflexions de ses personnages. Il fait étinceler formules et bons mots, axiomes, remarques pertinentes et pleine de bon sens, qui lui permettent de passer en revue tous les caractères et les profils psychologiques.

Il illustre aussi, avec la tante du fiancé de Grace, toute la précarité des personnes qui vieillissent, qui ne peuvent espérer quand elles ne peuvent plus travailler, que l'aide des membres d'une famille de plus en plus restreinte au fil des années.

Alexander McCall Smith réussit, avec "Les Enquêtes de Mma Ramotswe", une remarquable série, aux personnages campés, étudiés, mis en scène sur un mode narratif attrayant dans des enquêtes à la trame délicieuse.

Citation

Ainsi était fait le monde : composé de quelques rares individus presque parfaits (nous-mêmes), d'un grand nombre de personnes qui faisaient de leur mieux, mais qui n'étaient pas si parfaites que cela (nos amis et collègues) et de quelques autres qui se montraient franchement désagréables (nos ennemis et adversaires).

Rédacteur: Serge Perraud mardi 19 juillet 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page