Les Marques du fouet

Mentionnée dans les guides par 'mérite le détour', l'église Saint-Martial, célèbre pour ses orgues du XVIIIe, est la fierté de G*... Bâtie au Moyen Âge, on s'émerveille devant les incubes et les succubes sculptés dans son granit. Et on ne peut que louer les amphisbènes tout simplement sublimes. Derrière ces noms savants se cachent des monstres d'un Marvel d'un autre âge. À l'heure de l'euro, ils ne fichent plus la trouille. Ce n'est pas le cas du curé qu'un tas d'égoïstes redoutent.
Philippe Bouin - Au nom du père et du crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 octobre

Contenu

Roman - Policier

Les Marques du fouet

Géopolitique - Assassinat - Corruption MAJ vendredi 15 juillet 2011

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15,9 €

Gérard Streiff
Paris : La Manufacture de livres, avril 2011
174 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-023-8

Colère du présent : qui Mali pense...

Au Mali, l'assassinat d'un ancien colon déchaîne la vindicte. Qui se cache derrière cette tuerie commanditée ? Des islamistes ? Des narcos-colombiens ?

Bamako. Un vieux blanc d'Afrique est sauvagement assassiné. Ça tombe bien : on a un coupable sous la main, un empêcheur d'exploiter en rond, un noir bien sûr, universitaire – mais ça, on s'en fout. Magali, jeune journaliste idéaliste, vole à son secours.
L'accusé est altermondialiste, cinéaste. Le blanc assassiné, P.-D.G. d'une très grosse firme qui gère entre autres le train Dakar-Bamako.
Magali saute dans le premier avion, déboule dans une histoire qui prend très vite des relents de colonialisme mal éteint, croise toutes sortes de suspects tous plus éligibles par la police les uns que les autres, islamistes, sans-papiers et autres sniffeurs de coke.
La coke, justement, l'entraîne dans la découverte d'un activisme récent au pays : la route de la drogue passe désormais par l'Afrique. Une piste, certainement. Et le prétexte à raconter l'Afrique aujourd'hui, a contrario des préjugés, dans une écriture toujours parfaitement documentée, habile à mener son intrigue. Une colère du présent en somme, écrite évidemment lors d'une résidence au Mali.

Citation

La putain de rumeur continue manifestement de se propager.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 16 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page