L'Écriture sur le mur

Je crois voir des vaches qui chient dans les cours d'eau, en possible violation du Clean Water Act. Je crois aussi voir des nuages de méthane qui se dégagent de centaines de vaches flatulentes en possible violation avec le Clean Air Act de 1990. Je crois encore voir...
C.J. Box - Poussé à bout
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 11 novembre

Contenu

Roman - Policier

L'Écriture sur le mur

Disparition MAJ jeudi 19 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Gunnar Staalesen
Skriften på veggen - 1993
Traduit du norvégien par Alex Fouillet
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, février 2011
346 p. ; 24 x 13 cm
ISBN 978-2-84720-183-3

Actualités

  • 22/10 Librairie: Gunnar Staalesen se livre écarlate
  • 14/09 Édition: Parutions de la semaine - 14 septembre
    Les éditions du Seuil font paraitre le nouveau roman de Brigitte Aubert, La Ville des serpents d'eau, et l'on se dit qu'il s'en trouvera bien un à la rédaction pour plonger dans cette sombre histoire qui se base sur le honteux et dramatique secret des habitants de Ennatown. Pourquoi met-on ce roman en avant ? C'est parce que dans une semaine très chargée, il faut rendre à Brigitte Aubert ce qui est à Brigitte Aubert. Ses parutions se font rares, mais elles conservent ce style ferme qui est le sien.
    Les éditions Gallimard annoncent leur rentrée littéraire avec deux romans de la "Série noire" : I cursini, d'Alix Deniger, dont l'action se déroule au milieu des autonomistes corses (tiens, tiens, étonnant, non ?), et Les Anges noirs, une enquête sur fond informatique de l'Islandais Ævar Orn Josepsson. Deux romans totalement opposés par la géographie et les thèmes abordés.
    La rédaction, qui a quand même un peu lu, a trouvé fort appréciable Blood Hollow, un western, évidemment car c'est à la mode, crépusculaire de William Kent Krueger (Le Cherche midi), Pike, de Benjamin Whitmer (qui rappellera par certains aspects le personnage de Parker de l'ami Richard Stark), chez Gallmeister, et Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc chez Métailié - nous avons également interviewé l'auteur ; le roman fera d'ailleurs l'objet du prochain concours en nos pages...
    Mais comme il en reste à lire, en voici une petite sélection : Madame Courage, de Serge Quadruppani et Plaintes, de Ian Rankin. Les deux romans sont publiés au Masque en grands formats. Manège, de Rodrigo Rey-Rosa, un auteur guatémaltèque qui est édité chez Gallimard dans la très classe collection "Du monde entier". Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa). Et Louise Penny qui revient chez Actes sud avec un Mois plus cruel.
    Bien entendu, vous êtes libre d'aller voir du côté des poches qui offrent cette semaine leur lot de petites perles rééditées de Thomas H. Cook (deux fois) à Manuel Vàsquez Montalbàn en passant par Mons Kallentoft, Natsuo Kirino, Marco Malvadi et Håkan Nesser...

    Grand format :
    La Bête : polar solidaire, de Ada Nisen (Mon village, "Roman")
    Le Retour de Robespierre, de Christian Angles (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    La Ville des serpents d'eau, de Brigitte Aubert (Le Seuil, "Policiers")
    Ceux qui restent, de Jane Casey (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    404 not found, de Hervé Decca (Actes sud, "Actes noirs")
    Les Marches du temps, de Jean-Luc Demelier (Annaeditions)
    I cursini, d'Alix Deninger (Gallimard, "Série noire")
    Thalamus, de Stéphane Gérard (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Les Marins des hautes-terres, de Raymond Jardin (Parole, "La&mnbsp;Mescla")
    Les Anges noirs, de Ævar Orn Josepsson (Gallimard, "Série noire")
    Blood Hollow, de William Kent Krueger (Le Cherche midi, "Thriller")
    L'Or du Ville de Grasse, de Dany Loridon & Gérard Loridon (Presses de la Cité)
    Tais-toi et meurs, d'Alain Mabanckou (La Branche, "Vendredi 13")
    Le Poulet veille au grain, de Jean-Jacques Michelet (L'Harmattan)
    Edward Hopper, rhapsodie en bleu, de Jean-Pierre Naugrette (Nouvelles éditions Scala, "Ateliers imaginaires")
    Le Mois le plus cruel, de Louise Penny (Actes sud, "Actes noirs")
    Madame Courage, de Serge Quadruppani (Le Masque, "Grands formats")
    Plaintes, de Ian Rankin (Le Masque, "Grands formats")
    Manège, de Rodrigo Rey-Rosa (Gallimard, "Du monde entier")
    La Civilisation des abysses, de James Rollins (Fleuve noir, "Thriller")
    Ces dames du palais Rizzi, de San-Antonio (Fleuve noir, "San-Antonio, grands formats")
    Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa)
    Sur les ossements des morts, d'Olga Tokarczuk (Noir sur blanc)
    Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir")
    Pike, de Benjamin Whitmer (Gallmeister, "Noire")

    Poche :
    Du sang sur l'autel, de Thomas H. Cook (Points, "Policiers")
    La Preuve de sang, de Thomas H. Cook (Folio, "Policier")
    Les Six naïades, de laurent Corre (Le Caïman, "Polars")
    En compagnie du diable, de Tess Gerritsen (Pocket, "Thriller")
    Sombre célébration, de Charlaine Harris (J'ai lu, "Darklight")
    Une petite villesans histoire, de Greg Iles (Points, "Thriller")
    Automne, de Mons Kallentoft (Points, "Policiers")
    Le Chœur des paumés, de Gene Kerrigan (Folio, "Policier")
    Intrusion, de Natsuo Kirino (Points, "Roman noir")
    Mélancolie, de Patrick Mosconi (Folio)
    Le vingt et unième cas, de Hakan Nesser (Points, "Policier")
    Nature morte, de Louise Penny (Babel, "Noir")
    Saturne, de Serge Quadruppani (Folio, "Policier")
    Mission Iceberg, de James Rollins (Pocket, "Thriller")
    Le Jeu de l'ombre, de Sire Cédric (Pocket, "Thriller")
    L'Écriture sur le mur, de Gunnar Staalesen (Folio, "Policier")
    Tatouage, de Manuel Vàsquez Montalbàn (Points, "Roman noir")
    La Peste noire de Bagdad, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS")
    Mozart est là ! : le secret des francs-maçons, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué)

    Grands caractères :
    Volte-face, volume 1, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Volte-face, volume 2, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Un vrai jeu d'enfant, de François-Xavier Dillard (La Loupe, "Policier")
    Le Blues du braqueur de banque, de Flemming Jensen (La Loupe, "Policier")
    Paris mutuels, de jean-Marie Laclavetine (La Loupe, "Roman")
    Le Dernier amour d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (La Loupe, "Policier")
    Le Mystère de Roccapendente, de Marco Malvadi (La Loupe, "Détective")
    Un Noël plein d'espoir, de Anne Perry (La Loupe, "Détective")

    Liens : Volte-face |Automne |Intrusion |Blood Hollow |Le Mystère de Roccapendente |Nature morte |Saturne |Le Jeu de l'ombre |Le Dernier Lapon |Pike |La Ville des serpents d'eau |Madame Courage |Le Chœur des paumés |Tatouage |La Preuve de sang |Les Anges noirs |Brigitte Aubert |Michael Connelly |Thomas H. Cook |Mons Kallentoft |Natsuo Kirino |Maurice Leblanc |Marco Malvaldi |Patrick Mosconi |Håkan Nesser |Louise Penny |Anne Perry |Serge Quadruppani |Ian Rankin | San-Antonio | Sire Cédric |Olivier Truc |Manuel Vásquez Montalbán |Benjamin Whitmer |Gordon Zola |Gene Kerrigan |Ævar Örn Josepsson

Le crime ne fait pas dans la dentelle

À un moment donné, la vie des adolescents peut nous échapper pour plonger violemment dans le sordide et l'horreur. C'est ce que Varg Veum va découvrir au fil des chapitres de ce roman de Gunnar Staalesen, auteur norvégien. Varg Veum est un ancien travailleur social de la Protection de l'Enfance devenu détective privé. Il semble s'être assagi, avoir mis au placard sa bouteille d'aquavit pour arrêter l'alcool, et entretient une relation calme avec une femme nommée Karin.

Le roman s'ouvre sur un fait divers plutôt cocasse qui fait bruisser de rumeurs toute la ville de Bergen. Un juge d'instance est retrouvé mort dans une chambre d'hôtel vêtu uniquement de dessous féminins. Les spéculations vont bon train : suicide ou crime ? Mais surtout de quelle couleur pouvait bien être cette lingerie fine et qui pouvait bien être avec lui ?
Gunnar Staalesen n'encombre pas son écriture de fioritures. Son style est simple mais bigrement efficace. Les chapitres sont courts. Les descriptions concises pour aller à l'essentiel. Les dialogues souvent mordants et incisifs. Tout est fait pour que le rythme reste rapide et prenant pour suivre toutes les pistes sur lesquelles Varg Veum va se lancer sans hésitation pour retrouver la trace d'une jeune fille, Torild, âgée de seize ans. Il se voit confier cette enquête par sa mère, récemment divorcée d'un journaliste connu. L'adolescente semble s'être volatilisée sans laisser beaucoup de traces. Peut-être ne s'agit-il que d'une simple fugue ? En tout cas, la mère a préféré s'adresser à un détective plutôt qu'à la police pour éviter un tapage médiatique qu'elle estime néfaste étant donné la profession du père.
Varg Veum va en premier interroger les quelques amies de cette jeune fille mais elles se montrent peu coopératives car à cet âge il est facile de ne pas être très loquace réfugié entre fausse timidité et choses à cacher.
Il va rapidement être confronté à une autre bizarrerie. Il reçoit, sous enveloppe anonyme, un avis de décès, son propre avis de décès annoncé pour la semaine suivante. Plaisanterie ou intimidation ? Du pas banal en tout cas qui ne le déstabilise guère et ne l'arrête en rien dans ses recherches car courage et obstination restent les mots d'ordre de Veum.

Même si le mois de février semble froid et blanc de neige à Bergen, la ville semble recouverte d'une noirceur pesante. Staalesen nous dresse un portrait de cette cité norvégienne où le mal vient se lover entre la prostitution et le vice, autant d'affres d'une société moderne se cachant derrière les façades d'un club pour jeunes tenu par un truand déjà croisé par Varg Veum ou d'un hôtel de standing. Tout est à l'image du titre L'Écriture sur le mur qui semble être la marque immonde au lipstick du péché originel avec pour première victime du châtiment divin une jeunesse broyée. Varg Veum démêle habilement toutes les pistes sans en laisser de côté et ne porte aucun jugement moralisateur sur toutes ses sombres découvertes. C'est bien construit avec une bonne intrigue qui rebondit souvent et amène à lire rapidement pour connaître enfin le dénouement pouvant laisser un goût d'amertume.

Citation

La prostitution, c'est avant tout une question de pouvoir. Tu as les moyens d'acheter ta suprématie sur une autre personne pendant quelques heures.

Rédacteur: Fabien Maurice jeudi 06 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page