Automne

L'esprit d'un homme peut tout quand il est sûr de son fait.
Chano Urueta - Blue Demon contre le pouvoir satanique
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 13 novembre

Contenu

Roman - Policier

Automne

Vengeance - Assassinat MAJ mercredi 25 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24 €

Mons Kallentoft
Höstoffer - 2009
Traduit du suédois par Max Stadler, Lucille Clauss
Paris : Le Serpent à plumes, mars 2011
466 p. ;
ISBN 978-2-268-07083-4

Un ver de trop...

Les saisons passent et ne se ressemblent pas. Hiver nous avait laissé de glace, Été nous avait échauffés et asséché la gorge malgré quelques réticences et c'est donc avec quelque appréhension mais néanmoins une certaine curiosité que nous abordons Automne.

La ville de Linköping se réveille sous la brume et la pluie automnale. Un aristocrate a été dépossédé de son château, obligé de le céder pour éponger les dettes d'un placement hasardeux commis par son fils. Une promesse faite à sa femme défunte de prendre soin de lui quoiqu'il advienne. Le nouveau châtelain se promène sur ses terres avec pour seule compagnie son chien. Jerry Petersson est seul, arriviste, revanchard, arrogant, personne à ses côtés, personne de son côté, l'archétype du sale type. Ce sera sa dernière promenade...

Malin Fors se sauve, Malin Fors se terre dans son ancien appartement, Malin Fors se donne du courage à grandes gorgées de tequila, Malin Fors s'écroule, Malin ne va pas fort. L'héroïne du commissariat de Linköping a subi l'été dernier un traumatisme, elle a failli perdre sa fille Tove, et a rejoint la cohorte des flics mal dans leur peau qui trouvent refuge dans l'alcool. Sa vie sentimentale, son amour chaotique pour Jan, ses parents absents, distants... Elle a perdu pied, s'enferme dans un mutisme névrotique.

Au petit matin, la police est à pied d'œuvre dans la cour du château après l'appel des deux locataires des terres arables qui, venus pour chasser avec Petersson à sa demande, ont eu la mauvaise surprise de découvrir le cadavre de leur patron plongé dans les douves du château. Même Malin est présente, encore embrouillée par les vapeurs d'alcool de la veille mais toujours à l'écoute de ces voix qui ponctuent le récit et qui font d'elle le meilleur élément du commissariat. Animée par son intuition, un sens de l'observation aiguisé, elle s'immisce dans le passé de la victime afin de saisir les subtilités de sa personnalité et approcher la vérité.

Et il faut avoir l'œil dans cette nouvelle enquête qui voit s'affronter les Fågelsjö, famille aristocratique, à l'énigmatique Petersson, et entre eux, qui s'érige, cette demeure féodale aux multiples tableaux, tous ces portraits exposés au mur comme autant de témoins muets de cette tragédie. Le mal rampe, les vers incitent le meurtrier à tuer, la vermine s'invitant même sur les motifs "des vers noirs qui grouillent entre des feuilles mortes colorées sur fond bleu ciel" d'un canapé hors de prix. L'automne devient un personnage du récit, sa pluie nettoie les scènes de crime en détruisant autant d'indices, le gris envahit le ciel, les forêts, le bitume. Chacun des coéquipiers de Malin Fors du commissariat de Linköping nous est de plus en plus familier avec chacun leur propre histoire égrenée à petites doses par Mons Kallentoft, qui décrit cette fraternité muette qui les soude autour de leur charismatique chef Sven et humanise son histoire tout entière en l'ancrant dans le réel.


On en parle : La Tête en noir n°150

Citation

Ce sont les secrets qui font de nous des êtres humains.

Rédacteur: Axelle Simon dimanche 15 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page