Les Coquelicots du Penjab

Quinze ans après la diffusion de leur dernière émission, ses parents continuaient de recevoir des kilos de courrier chaque année. La célébrité était comme certains cancers : elle laissait des métastases partout.
Bernard Minier - N'éteins pas la lumière
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Bande dessinée - Policier

Les Coquelicots du Penjab

Énigme MAJ dimanche 21 décembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 12,5 €

Didier Convard & Éric Adam (scénario), Jean-Louis Le Hir (dessin)
Grenoble : Glénat, octobre 2008
48 p. ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-7234-6377-5
Coll. "Grafica"
Sherlock, 2

Ce qu'il faut savoir sur la série

Un dessinateur - Jean-Louis Le Hir - et deux scénaristes - Éric Adam et Didier Convard - s'emparent d'une des plus fameuses figures de l'histoire des littératures policières, Sherlock Holmes, et lui imaginent une jeunesse aventureuse sous les traits d'un archéologue fantaisiste, Sherlock Matthews, devenu détective à la suite du meurtre de sa mère.

Brumes londoniennes et volutes orientales

Sherlock est à Londres, un peu désœuvré. L'aventure se présente soudain à lui en la personne de la sœur de sa gouvernante, qui lui demande de retrouver... son chat. Le jeune limier a tôt fait de résoudre le mystère : le fauve était destiné à figurer sur la carte de l'honorable monsieur Mu, restaurateur-blanchisseur. Les deux hommes sympathisent, à tel point que Mu invite Holmes à découvrir une autre de ses activités, la fumerie d'opium... Et c'est dans la quiétude enivrante de ces lieux qu'un client meurt assassiné, un poignard sikh planté dans la poitrine. Monsieur Mu ne souhaitant pas prévenir la police, il charge Holmes de trouver le coupable, un défi que le jeune homme relève et qui va le mener jusqu'en Inde...

Après les origines de la vocation de Holmes (cf. tome 1) voici cette fois sa première véritable enquête sous son nom de détective. Convard et Adam poursuivent leur exploration du mythe, en s'attaquant cette fois à un aspect comportemental du personnage de Holmes : son addiction à l'opium. Ceci sert de base à une aventure placée sous le sceau d'un exotisme certain. Malgré quelques bonds scénaristiques un peu déconcertants (la rapidité avec laquelle Mu se confie à Holmes sur sa coupable activité de fournisseur d'opium, par exemple), ce deuxième opus n'en demeure pas moins original et habilement mené, et même si l'effet de surprise est passé depuis le tome fondateur de la série, le charme continue à agir. Le Hir campe patiemment un Holmes à sa manière, parfois cynique mais le plus souvent touchant, et même un brin naïf. Autant de traits de caractère qui ne nuisent en rien à l'exercice de son légendaire – et ici naissant – sens de la déduction par l'observation. Et côté décors, le dessinateur est aussi à l'aise dans les quartiers londoniens embrumés que dans les palais sikhs ou les contreforts des montagnes afghanes. Reste maintenant à attendre l'entrée en scène du fidèle Watson, que la fin de ce volume laisse supposer comme imminente.

Citation

- Et pour vous remercier de votre discrétion, je vous accueillerai avec plaisir quand vous voudrez dans ce modeste établissement.
– Vraiment ? Ma foi, je ne suis pas ennemi des expériences nouvelles.

Rédacteur: Frédéric Prilleux dimanche 21 décembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page