Flic de quartier

L'économie se redressait peut-être, mais Boréas demeurait enlisée dans son bourbier : une mort lente, pénible, pour une ville déjà à l'agonie, étouffée dans un écosystème défaillant.
John Connolly - Le Chant des dunes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 mars

Contenu

Roman - Noir

Flic de quartier

Ethnologique - Social - Faits divers MAJ vendredi 22 avril 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,8 €

Yves Patrick Delachaux
Carouge : Zoé, janvier 2006
250 p. ; 16 x 10 cm
ISBN 978-2-88182-543-5
Coll. "Zoé poche"

Quelques jours dans la peau d'un flic de quartier...

La nuit, les rues, les chairs dans le giron des ténèbres urbaines. Le clan des obscurs, des paumés, des exclus. Les gens se cognent, il les sépare. Les mêmes s'étripent, il les sépare encore. Ils s'éventrent, il les sépare toujours, les mains trempées de la poisse du sang coagulé. Flic de quartier, maquereau, confident. Il protège, surveille, encaisse. Tous paumés, dans les limbes d'un monde qui ne sera jamais meilleur. Le grand bordel en somme, le désarroi des vies, mensonges, manipulations. Flic de quartier, c'est entrer dans l'intimité des familles, des couples, relever des hommes en slip, des femmes en pleurs, nuisette bon marché, les jambes grêles, un couteau de cuisine à la main. C'est affronter la peur, les larmes, les confidences tardives. L'un s'épanche, l'autre rue, vomit sur lui, pisse sur lui. Dans le grand barnum des cris, le quotidien d'un flic scrutant la ville, décharnée. Une vision douloureuse, tout de même, humaine, forcément, à coudoyer pareille misère, si constante, partout étalée sans vergogne dans l'immense vacuité des villes contemporaines. Superbe récit écrit à la seconde personne, volontiers poétique, interpellant le lecteur pour le faire entrer dans cette nuit affolée des villes compromises, toutes, à leur propre chevet. Superbe récit paré de sa matière fétide, la ville crue, livrée sans aménité. Et son prolongement, le commissariat, au fond la rue, encore, le même mobilier humain, le même désarroi, l'épreuve, continuelle. Le foutoir partout, bric-à-brac à la con surchargé de rapports en souffrance, montagne de paperasses entre deux poursuites en flag, l'urgence, toujours, jusqu'à ce que s'achève sa longue nuit de service. Superbe témoignage dans lequel on sent passer toute l'émotion, la rage, la colère d'un flic sur le départ, nous confiant cette matière revêche : le grand présent de la misère du monde. Une belle réussite, assurément, que ce récit rythmé au gré des services, jour/nuit, sans l'espoir d'aucune rédemption.

Citation

Les filles publiques ne sont jamais caressées, elles sont prises, pénétrées, violées.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 31 mars 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page