La Rivière noire

Je déteste les livres, ils sont le malheur du monde.
Enzo G. Castellari - Les Nouveaux barbares
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 15 octobre

Contenu

Roman - Policier

La Rivière noire

Psychologique - Huis-clos - Vengeance MAJ mardi 15 février 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Arnaldur Indridason
Myrká - 2011
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Métailié, février 2011
300 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-86424-758-6
Coll. "Noir"

Actualités

  • 25/05 Édition: Parutions de la semaine - 25 mai
    Outre les anciennetés qui se lisent toujours avec délectation (replongez-vous dans les romans d'Agatha Christie !), nous ne saurions trop vous conseiller de jeter quelques paires d'yeux sur les nouveaux romans de Carl Hiaasen, Bernardo Fernández, Frédérique Molay, James Sallis ou encore Paco Ignacio Taibo II. Nous le savons, et pas seulement de Marseille, comme disait Pierre Desproges, ce sont pour l'essentiel des romans noirs. Eh bien, si vous n'aimez pas, replongez-vous dans les romans d'Agatha Christie (comment ça, nous tournons en rond ?). Sinon, pour les inconditionnels, il reste toujours le nouvel opus de Mary Higgins Clark, ou la réédition de La Rivière noire, d'Arnaldur Indridason... Vous avez également la possibilité de faire votre choix (en petits ou grands caractères) :

    Grand format :
    Sombres créatures, de Doug Allyn (Télémaque, "Entailles")
    Tahoé : l'enlèvement, de Todd Borg (Ma, "Roman thriller")
    Les Années perdues, de Mary Higgins Clark (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Cousu main, de Carl Hiaasen (Les 2 terres)
    Avant la fin, de Liz Jensen (Le Seuil, "Policiers")
    Déjeuner sous l'herbe, de Frédérique Molay (Fayard, "Noir")
    Qui a tué Mamadou ? de Gérard Pince (Godefroy de Bouillon)
    Mangé cochon à Karukera : drôle de tambouille en Guadeloupe, de Germain Sensbras (L'Harmattan, "Lettres des Caraïbes")
    Meurtre en Périgord, de Martin Walker (Le Masque)

    Poche :
    La Rivière noire, d'Arnaldur Indridason (Points, "Policiers")
    Suite rouge, de François Boulay (Folio, "Policier")
    Affaires de famille, d'Agatha Christie (LGF, "Policier")
    Meurtres en Mésopotamie, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    La Mort dans les nuages, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Train bleu, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Les Vacances d'Hercule Poirot, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Ouragan sur le cairn, de Alain Emery (Ouest et compagnie, "Roman policier")
    Villa des Quatre-Vents, de Jean Failler(Le Palémon)
    Hielo Negro, de Bernardo Fern&a&cute;ndez (J'ai lu, "Policier")
    Un léger bruit dans le moteur, de Jean-Luc Luciani (L'Écailler, "Le Petit écailler")
    La Prophétie du dernier jour, de Scott Mariani (City, "Poche. Thriller")
    Les Yeux des morts, d'Elsa Marpeau (Folio, "Policier")
    Les Cendres froides, de Valentin Musso (Points, "Thriller")
    Dans l'ombre, d'Édouard Philippe & Gilles Boyer (LGF, "Policier")
    L'Œil du criquet, de James Sallis (Folio, "Policier")
    Défunts disparus, de Paco Ignacio Taibo II (Rivages, "Noir")
    Les Extravagantes. 1, de Gilda Tang (Ovadia, "Intrigues & destinées")
    Bac mention meurtre : Ploërmel-Vannes, de Guénolé Troudet (Ouest et compagnie, "Roman policier")
    Les Filles de Dinard, de Roger-Guy Ulrich (Ouest et compagnie, "Roman policier")
    Hong Kong express, de Gérard de Villier (Gérard de Villiers, "SAS")

    Grands caractères :
    Red room lounge, de Megan Abbott (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Crains le pire, de Linwood Barclay (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    L'Hermine était pourpre, de Pierre Borromée (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Remède mortel, de Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Le Dévouement du suspect X, de Keigo Higashino (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Le Crime de la momie, de Christian Jacq (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Cyanure, de Camilla Läckberg (À vue d'œil, "Collection 18-19")
    L'Homme de Lewis, de Peter May (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Les Charmants travers de nos semblables, de Alexander McCall Smith (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    La Maison du lys tigré, de Ruth Rendell (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Liens : Red Room Lounge |La Rivière noire |Crains le pire |Remède mortel |Le Dévouement du suspect X |Les Yeux des morts |L'Homme de Lewis |Les Cendres froides |Megan Abbott |Arnaldur Indridason |Linwood Barclay |François Boulay |Agatha Christie |Carl Hiaasen |Keigo Higashino |Camilla Läckberg |Jean-Luc Luciani |Elsa Marpeau |Peter May |Alexander McCall Smith |Frédérique Molay |Valentin Musso |Ruth Rendell |James Sallis |Paco Ignacio Taibo II

  • 07/03 Édition: Métailié versant noir

En l'absence d'Erlendur, le crime continue...

Privés d'Erlendur, comme une punition ! Indridason a décidé de l'envoyer en vacances dans les fjords et il ne sera évoqué qu'une seule fois, lors de l'appel à Elinborg d'une amie inquiète d'être sans nouvelles de lui, sa voiture ayant été retrouvée sur un parking, vide.
Mais le crime, lui, ne prend pas de vacances. Et l'homme étendu chez lui, avec un seul tee-shirt sur le dos, la gorge entaillée au couteau, se serait bien passé de ce voyage sans retour infligé par son agresseur. Pas si sûr que le meurtrier soit un homme d'ailleurs car un châle féminin a été oublié sur le lieu du crime et une étrange odeur d'épices flotte encore dans l'air de l'appartement.
Elinborg, en charge de l'enquête, est attirée et ne reste pas insensible à ce parfum, elle dont le premier livre de cuisine a été publié l'année précédente. Et pour clore le tout, des traces de Rohypnol sont découvertes une fois l'autopsie pratiquée sur le cadavre. La drogue du viol laisse à penser la force publique que le violeur s'est fait surprendre par une victime vengeresse.
Rien n'est aussi simple dans les intrigues proposées par Indridason et les deux seconds rôles d'Erlendur, c'est à dire Elinborg, flanquée de Sigurdur Oli, croiseront toutes sortes d'oiseaux au cours de leur enquête pour tenter de relier les indices entre eux et enfin démasquer le coupable. Ils naviguent entre la solitude de la ville et les non-dits des petites bourgades campagnardes aux confins de l'Islande, scrutent et auscultent les voisins, les voyous à la petite semaine, tissent leur toile pour mieux surprendre le criminel.
Ces deux Islandes qui s'affrontent et s'épient, entre mondialisation et tradition, laissent un parfum de méfiance entre générations et population . Mais Erlendur nous manque. Sa grande carcasse d'homme désabusé, sa résignation, ont façonné l'ambiance des romans d'Indridason et les petits tracas familiers de la ménagère de moins de cinquante ans, Elinborg, ne réussissent pas à rivaliser, distillant un côté "popote" un peu indigeste. C'est dommage car l'intrigue est bien menée.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°46

Citation

Les héros des séries avaient généralement un physique et des attitudes de mannequins, ils étaient excellents tireurs et leurs paroles faisaient mouche à chaque fois qu'ils se frottaient à des malfrats calculateurs.

Rédacteur: Axelle Simon jeudi 16 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page