Une nuit, sur la mer

Vous l'avez dit, Travis. Vous êtes un bleu sans expérience. Ces Apaches nous détestent tellement qu'ils ne sont plus humains. La haine est puissante. Elle enfle jusqu'à cacher tout autre sentiment... La douleur... l'amour... même la peur. Quand un homme a autant de haine, la seule façon de la faire sortir, c'est par un trou de balle.
Joseph M. Newman - Fort Massacre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 15 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Une nuit, sur la mer

Disparition MAJ mercredi 16 février 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Patricia McDonald
Cast Into Doubt - 2011
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicole Hibert
Paris : Albin Michel, février 2011
400 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-226-21876-6
Coll. "Spécial suspense"

Un suspense à l'ancienne de série...

Lorsque Chloe Sloan est portée disparue lors d'une croisière, sa mère, Shelby, cherche la vérité : tout démontre que Chloe était alcoolique, ce qu'elle ignorait. Si la police conclut un peu trop vite à un accident, il apparait que la compagnie de croisières a déjà connu des disparitions douteuses... Mais la vérité est à découvrir dans le passé des fréquentations de Chloe...
La sympathique Patricia MacDonald s'est trouvé une niche, comme on dit dans le business de l'édition : celle du suspense rétro qui, plutôt qu'un énième ersatz de Mary Higgins Clark, fait d'elle l'héritière des Ursula Curtiss ou Mildred Davis, qui sont autant de reines du crime de la grande époque. Inutile de dire qu'on ne trouvera pas là des chapitres ultra-courts et des déferlements d'horreurs... On suit plutôt une enquête classique menée par une de ces mères de famille de la classe moyenne qui peuplent (ou lisent ?) ce type de récit, découvrant la vérité des personnages de sa vie quotidienne, jusqu'au détail final dénonçant le vrai coupable. Si on peut regretter que la première orientation du récit (une autre femme mystérieusement disparue lors d'une croisière de la même compagnie) tourne court, l'ensemble maintient l'attention malgré un rythme assez lent. Rien à redire, même s'il n'y a là rien de transcendant, on présume que les fidèles de l'auteure y trouveront leur comptant...

Citation

Vous parlez de la mort de ma fille. Jusqu'où dois-je ou non aller ? Excusez-moi de ne pas gober la version officielle sans broncher.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 07 février 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page