Guerre sale

Vous aimez Liz, vous l'avez protégée. Elle me parlait souvent de vous, de l'équilibre que vous lui apportiez, sans lequel elle n'aurait pu faire ce qu'elle a fait.
Éric Maneval - Inflammation
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 septembre

Contenu

Roman - Policier

Guerre sale

Politique MAJ lundi 14 février 2011

Souffrance et faiblesse du Diesel

Prendre rendez-vous avec Lola Jost et Ingrid Diesel, c'est s'apprêter à passer de sales journées tout en étant en bonne compagnie. Joindre l'efficace et le redoutable à l'agréable.
C'est valable même si l'on se retrouve avec sur les bras le cadavre brûlé d'un avocat spécialisé dans la Françafrique. Brûlé de manière atroce : un pneu qu'on lui a passé tel un collier de mauvais goût autour du cou avant de l'enflammer, et de regarder l'homme tenter de se débattre dans une lente agonie. Quand on aime l'exotisme et qu'on est avide de connaissances, on est content d'apprendre que la chose à un nom : le supplice du père Lebrun. Alors, bien sûr, il n'y a là rien pour motiver les deux commères, si ce n'est que, près de dix années auparavant, c'est l'assistant de Lola Jost qui avait péri de la même manière. Ce meurtre, jamais élucidé et que l'on s'était empressé de classer, avait conduit la commissaire à aller faire des puzzles dans sa mansarde bien avant l'heure. Petit hic, c'est Sacha Duguin, un ancien petit ami d'Ingrid Diesel qui est en charge de l'enquête officielle. Et il reste entre eux deux tous ces petits trucs qui font qu'on est toujours dans un état mélancolique avec cette certitude ancrée au plus profond de soi que l'autre a encore plus merdé grave que nous. Et puis, il ne faut pas oublier qu'Ingrid, c'est une Américaine dont le visa ne tient qu'à un fil. Mettre les mains dans la Françafrique, c'est pire que dans le cambouis. Ça tâche, ça pue. Il n'y a aucune lessive pour nettoyer et enlever l'odeur. Lola et Ingrid avancent péniblement. Elles subissent plus qu'elles n'agissent. Mais elles ont pour elles qu'elles sont de sacrées garces qui ne reculent devant rien.
Il souffle un brin de fraîcheur sur cette aventure qui n'en fait pas une énième qu'on lirait d'un air blasé. Dominique Sylvain prend un malin plaisir à frustrer son lecteur qui par moment subit l'enquête comme ses deux héroïnes. L'intrigue classique prend toute son ampleur à la mesure que les pages défilent, que les personnages en apprennent de belles (que l'on pressentait mais il est nullement question ici de dévoiler un pan de la chose), qu'ils pleurent, souffrent et sourient. Plus que l'enquête, c'est comment Dominique Sylvain approfondit ses personnages qui est intéressant. Ceux-ci sont dépeints avec talent et maitrise. Ils sont éminemment faillibles, humains et beaux. Loin des ébauches manichéennes que l'on peut voir ici et là. Comme dans ses précédents romans mettant en scène ses deux héroïnes, Dominique Sylvain nous régale des barbarismes néologiques d'une Ingrid Diesel (eh oui, le français n'est pas toujours logique) reprise de belles volées par une Lola Jost précise dans sa rhétorique voire tatillonne. Sitôt le livre refermé, ils nous manquent tous ces personnages. Il ne reste plus alors que, pour les chanceux, attendre un rayon de soleil et partir dans la Capitale à la recherche de ce passage du Désir...


On en parle : Alibi n°2

Nominations :
Trophée 813 du roman francophone 2011
Trophée 813 du roman francophone 2012
Prix Orange/Sauramps 2011
Prix Virtuel du Polar 2011

Citation

Restons sur une bonne impression, commandant. Je viens admettre que je vous avais mal jugé. N'espérez pas d'autres compliments, j'en suis avare.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 27 janvier 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page