Les Témoins

Bonne remarque, dit Skully. C'est peut-être la première étape de Darquesse sur sa route qui mène à la destruction totale. Dans ce cas, nous sommes dans un sacré pétrin.
Derek Landy - Skully Fourbery n'est plus de ce monde
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Pouvoir du chien
La collection "Vintage" des éditions Belfond n'en finit pas de nous ressortir de petites perles litté...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 décembre

Contenu

Roman - Noir

Les Témoins

Social - Procédure MAJ mercredi 05 janvier 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5 €

Georges Simenon
Paris : LGF, novembre 2010
188 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-253-13394-0

L'incompréhension de l'autre

Dans une petite ville de province, s'ouvre le procès d'un homme accusé d'avoir tué sa femme. Cette dernière était du genre volage, à multiplier les amants. Le couple vivait misérablement et était très simple. Et s'il y a des choses qui ne sont pas simples, ce sont bien les apparences. Le juge le sait bien lui qui doit vivre avec une femme alitée, et qui a été contraint d'aller lui chercher un médicament en pleine nuit. Comme le pharmacien ne répondait pas aux coups portés sur la porte, le juge s'est résolu à entrer dans un bar pour lui téléphoner. À sa sortie, il a croisé un de ses assistants accompagné de sa femme. Ils l'ont alors regardé comme le dernier des dépravés. Et c'est encore moins de sa faute si le lendemain, malade comme un chien, il a bu un verre d'alcool avant d'entamer ce procès. Ce procès où vont défiler d'honorables témoins que le juge va s'efforcer de pousser dans leurs moindres retranchements...
Georges Simenon, à mesure que les témoins défilent avec leurs vérités et leurs mensonges, permet aux pensées du juge d'errer de droite à gauche. Les faits lui apparaissent autrement, lui qui dans une petite ville de province où tout ce sait, sent brûler l'œil de Cain dans son dos. Il n'a cure de se battre conscient que tenter de rétablir ses propres faits, de les remettre dans leur véritable contexte s'apparenterait à une malheureuse justification et à prouver sa culpabilité d'homme malheureux contraint de se réfugier dans la boisson. Alors, il va tenter de lutter pour cet homme que tout accuse en se mettant à sa place, en pressant les témoins et les forces de l'ordre, et en occultant sa femme qui pourtant l'obsède avec sa maladie qu'il sait fausse - et là encore, le juge se trompe, mais le monde n'est-il pas une vaste tromperie, semble nous instiller un Georges Simenon au sommet de sa gloire ? Car tout au long de ce court roman, Simenon s'amuse à nous montrer tous les faits sous différents jours, à nous faire douter de tout. Et c'est bien au nom de ce doute raisonnable que les jurés - préalablement dûment choisis alors que d'autres ont été injustement récusés - vont devoir acquitter un homme peut-être coupable. Qui sait ? Ni Simenon ni nous...

Citation

Ce qui, depuis le matin, hantait Lhomond, c'était la conscience qu'il prenait soudain de l'impossibilité pour un humain d'en comprendre un autre.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 01 janvier 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page