Fratelli

En réalité, je regrettai de ne pas avoir une gigantesque presse pour réduire en bouillie des gens aussi moches. Certains jours, comme aujourd'hui, le monde était plein de gens moches, jusqu'à la nausée.
Raúl Argemí - Le Gros, le Français et la Souris
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Obsession
Personne ne remarque jamais le vieil homme habitant Primrose Lane, si ce n'est le jour où il est retr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 29 juillet

Contenu

Roman - Noir

Fratelli

Vengeance - Mafia MAJ samedi 20 novembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 18 €

Jean-Bernard Pouy
Joe G. Pinelli (illustrateur)
Paris : Jean-Claude Lattès, novembre 2010
140 p. ; illustrations en noir & blanc ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7096-3566-0

Les destins froissés d'Emilio et Ercole

Emilio et Ercole observent sur une plage de Sicile leur benjamin de frère faire une fellation à un homme d'Église. Les deux sont partagés d'une même fureur, mais leur caractère opposé ne les pousse pas dans la même direction. Ercole venge l'honneur de sa famille en saignant à mort son frère sodomite avant de s'enfuir dans la nuit sombre et sa solitude. Emilio reste avec ce terrible double-secret qui l'obsède, tout autant solitaire. Lorsque quarante ans plus tard, il débarque à New York, il n'a qu'une idée : tuer son frère Ercole.
Les éditions Jean-Claude Lattès ont eu la bonne idée de rééditer ce roman de Jean-Bernard Pouy richement illustré par Joe G. Pinelli. L'auteur nous régale d'une prose nostalgique, rythmée et ludique. En très peu de phrases, il mêle senteurs, bruits, volume, foule. Petite et grande Italie. Petite et grande bêtises. Petite et grande vengeances. Au milieu, les planches monochromes de Pinelli se fondent et nous plongent dans un brouillard de sentiments conflictuels. Une tragédie sicilienne, quoi...


On en parle : La Tête en noir n°147

Citation

Il n'y avait que les oiseaux de mauvais augure qui pussent faire des voyages aussi longs que les lettres de deuil.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 20 novembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page