Haine

C'est ainsi, monsieur Bradoux, les livres écrits par des auteurs d'Amérique du Sud, d'Amérique centrale, d'Afrique, d'Europe de l'Est et d'Asie n'ont plus leur place sur les rayonnages. Ils sont retirés des bibliothèques municipales. Ils ne sont plus vendus en librairie. On ne doit plus en trouver un seul chez les particuliers sous peine de sanctions.
Jan Thirion - Les Lucioles
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

Haine

Tueur en série - Religieux - Assassinat MAJ mercredi 27 octobre 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24 €

Anne Holt
Pengemannen - 2009
Traduit du norvégien par Alex Fouillet
Paris : Le Serpent à plumes, octobre 2010
576 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-268-06998-2
Coll. "Serpent noir"

Quand le crime est gratuit... il ne paye pas...

Yngvar Stubo, inspecteur norvégien, est envoyé à Bergen pour enquêter sur le meurtre d'une évêque, pourtant bien sous tous rapports, et qui aurait été intentionnellement assassinée. Pendant ce temps, Vik, sa femme, psychologue et criminologue, enquête sur toute une série de meurtres haineux. Des personnes tuées pour leurs "déviances sexuelles". Des gays, des lesbiennes, plus ou moins assumés. Stubo va devoir s'imprégner d'une ambiance familiale hostile, déterrer de vieux secrets de familles sans se soucier de tout ce qu'il remue et des conséquences. Car l'évêque cachait un lourd secret et menait une double-vie.
Anne Holt, ancienne Ministre de la Justice, a écrit un livre sur ce qu'elle appelle le crime haineux (et gratuit). Pourquoi tuer une personne que l'on ne connait pas ? En y ajoutant une justification religieuse qui excuse l'acte criminel. Avec une intrigue bien menée mais malheureusement trop diluée (Anne Holt est une adepte du pointillisme, et du détail dans le détail), elle nous conduit tranquillement sur ses nombreux chemins enneigés de traverse où il est facile de se perdre. Elle allume de temps en temps de maigres lanternes pour nous guider. Et c'est là que c'est dommage : car quand elle le veut, le récit comporte du rythme avec une langue riche et enlevée. Au rayon des appréciations, ces transitions très fondu enchainé entre chaque chapitre ou sous-chapitre, répétitions de mots ou d'expressions, qui donnent un aspect très visuel (mais quelques fois oubliés dans la traduction française). Un roman qui aurait gagné en profondeur en perdant des pages. Et l'on se prend à souffler quand on sait que l'auteure a coupé la moitié de son récit avant qu'il ne soit publié ! Les amateurs de la série, dont c'est le quatrième volet, trouveront sans peine leurs marques, et apprécieront ou pas le grand froid blanc qui se dégage de ces pages noircies.

Citation

S'il y a une chose que toi et moi savons mieux que personne, commença-t-il en l ui prenant la main, c'est que les gentils aussi peuvent être assassinés.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 16 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page