Une saison de scorpions

La victime avait une trentaine d'années. Coldmoon n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi blême, avec des mains aussi livides. Le contraste avec les cheveux noirs bouclés et les yeux d'un bleu vif du mort, tournés vers le ciel, était d'autant plus frappant. Pendergast avait le teint rougeaud par comparaison. Une expression horrifiée déformait les traits du mort. La jambe droite de son pantalon avait été lacérée, probablement à l'aide d'un couteau ou d'un outil de jardinage, mais pas une goutte de sang ne s'échappait de la plaie.
Douglas Preston & Lincoln Child - La Cité hantée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 juillet

Contenu

Roman - Noir

Une saison de scorpions

MAJ dimanche 21 décembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 14 €

Bernardo Fernandez
Tiempo de Alacranes - 2008
Traduit de l'espagnol (Mexique) par Claude de Frayssinet
Paris : Moisson rouge, mai 2008
180 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-914833-76-9

Le venin n’attend pas le nombre des années

C'est l'histoire, au Mexique, d'un tueur professionnel en fin de carrière qui n'ose pas dire non à Senor, le boss des boss qui lui demande de remplir un dernier contrat facile et bien payé. Mais le Mexique est un pays pieux et El Güero, au moment de sortir son colt 45 government, a le geste qui flanche. Une façon comme une autre de pointer ses limites, de se rédimer. El Güero va à la banque pour rendre en bon garçon l'argent de Senor et éviter les grosses emmerdes. Pendant ce temps, au Canada, Fernando et Lizzy, adolescents aux quotidiens ennuyeux, respectivement fils et filles de narcos aux poches pleines de came, lâchent Bob l'éponge à la télé pour partir on the road avec Obrad, un jeune réfugié politique yougoslave ravagé, lui, par la guerre des Balkans. Trois petits jeunes d'aujourd'hui, un peu barrés, sans ponctuation, sans limite qui roulent vers le Mexique en dévalisant des banques pour le plaisir de tuer, à la recherche inconsciente d'un précepteur. On est jamais à l'abri d'une expérience pédagogique va bientôt constater El Güero. La familiarité du texte rend tout de suite ce récit très attachant, son sens de la formule, son humour froid, sa fausse piété qui comme les flingues marche ici en mode automatique. C'est populaire et raffiné, maigre mais essentiel, un post-it de roman noir qui fait le point sur l'image d'un monde en décomposition - un chaos où le drame des responsabilités parentales inassumées fait écho au désenchantement définitif des générations montantes… À se demander, avec un brin d'angoisse, quelle est la direction prise par ce monde sans contrainte…


On en parle : La Tête en noir n°133 |L'Ours polar n°45-46

Citation

Les meurtres en série et les attentats terroristes lui apparaissaient comme des expressions artistiques, méprisées par l'académie traditionnelle, qui devraient être célébrées comme la poésie ou l'architecture.

Rédacteur: Olivier Nouvel mardi 28 octobre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page