Agônia

Une pluie dorée tombait sur eux : c'était du pollen d'orchidées.
Frédéric Lepage - Le Masque du serpent
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Agônia

Scientifique MAJ mercredi 22 septembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7 €

Thierry Serfaty
Paris : J'ai lu, août 2010
412 p. ; illustrations en noir & blanc ; 17 x 10 cm
ISBN 978-2-290-01509-4
Coll. "Thriller", 9358

La chasse aux émotions

Laura et Erick Flamand viennent de boucler une affaire compliquée. Celui que ses disciples nommaient le Maître du Fight a décidé de mettre fin à ses jours. Aussi, quand on présente à Laura la vidéo d'un homme se laissant ensevelir vivant sous une montagne de sable, elle est convaincue que d'autres disciples continuent d'affronter leurs phobies par la mort. Ce qui implique l'apparition d'un nouveau Maître. Qui est-il ? Et surtout comment s'y prend-il pour conditionner ses adeptes ? Le couple de flic va découvrir que ce nouveau Maître a la capacité d'annihiler d'autres émotions que la peur. Pour empêcher une pluie de cadavres, ils vont s'engager dans une course contre la mort.
Dans Agônia, Thierry Serfaty reprend l'histoire là où elle s'est arrêtée avec Peur. Comme on reste dans la lignée du précédent roman, du coup, pas de surprises que ce soit au niveau de l'écriture ou même du style. L'avantage, c'est que le lecteur est pris dans l'intrigue dès la première page. L'auteur a apporté plus de consistance à ses personnages, en approfondissant leur profil psychologique, en travaillant sur leur passé. En trame de fond, un sujet abordé de façon claire et non rébarbative, les neurosciences cognitives, en partant du postulat suivant : et si on pouvait supprimer, en agissant sur des zones du cerveau, les différentes émotions chez l'homme. Agônia, à l'inverse, les suscite.

Citation

Pourtant, il va bien falloir l'envisager : après la peur, c'est une autre émotion qui entre dans la danse : la colère. Chez ce type, elle vient de disparaître.

Rédacteur: Fabien Hérisson mercredi 22 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page