De fièvre et de sang

Au mieux, j'en ramènerai un dans un coma stade 4, c'est-à-dire à l'état de légume. Ce qui, je ne vous le cache pas, serait une avancée extraordinaire.
Laurent Maillard - Prélèvement obligatoire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Cemetary Road
Bienville est une ville du Mississippi en perte de vitesse qui croit qu'elle va réussir à rester dyna...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 14 juin

Contenu

Roman -

De fièvre et de sang

Fantastique MAJ mardi 22 juin 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Sire Cédric
Paris : Pré-aux-Clercs, mars 2010
446 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-84228-373-5

Actualités

  • 09/03 Édition: Parutions de la semaine - 9 mars
  • 17/10 Prix littéraire: Lauriers à Cognac
    Les lauréats des différents prix littéraires décernés à l'ouverture du festival polar de Cognac ont été désignés vendredi 15 octobre en soirée - des récompenses qui concernent pas moins de six catégories :
    - Prix polar français ou francophone pour De fièvre et de sang, de Sire Cédric
    - Prix polar international pour La Maison où je suis mort autrefois, de Keigo Higashino
    - Prix polar jeunesse pour Les Enfants-rats, de Françoise Jay
    - Prix Cognac de la meilleure bande annonce livre (création 2010) pour 40 ans, 6 morts et quelques jours, de Victor Rizman
    - Prix Cognac du meilleur album "série" pour "Le Mystère Saint-Yves", premier tome de Fanch Karadec, une série signée Corbet & Heurteau
    - Prix Cognac du meilleur album "One shot" pour Dernière station avant l'autoroute, de Mako, Didier Daeninckx et Hugues Pagan (Casterman)

    Cette année les lauriers ne furent pas que livresques - de nouvelles récompenses ont été créées destinées au noir/polar cinématographique et télévisuel. Ainsi ont été décernés, le dimanche 17 octobre :
    - le Prix polar du meilleur film français de cinéma à Une affaire d'État, réalisé par Éric Valette (d'après le roman de Dominique Manotti Nos fantastiques années fric)
    - le Prix polar de la meilleure série internationale de télévision à l'épisode "Course contre la mort", appartenant à la treizième saison de la série Inspecteur Frost
    - le Prix polar de la meilleure série française de télévision au premier épisode de la troisième saison d'Engrenages - réalisé par Manuel Boursinhac, diffusé sur Canal + et produit par Son & Lumière
    - le Prix polar du meilleur film unitaire français de télévision à Obsession(s), réalisé par Frédéric Tellier et diffusé sur France 2 (production Little Big)

    Pour retrouver le détail des présélections dans chacune des catégories, il suffit de se reporter aux pages du site du Cercle noir, rubrique "festivals". On remarque au passage que le rédacteur a interverti, dans son palmarès, le lauréat du prix de la Meilleure série télévisée française et celui du Meilleur téléfilm unitaire français...
    Liens : La Maison où je suis mort autrefois |Nos fantastiques années fric |40 ans, 6 morts et quelques jours |Dernière station avant l'autoroute |Dominique Manotti |Didier Daeninckx | Sire Cédric |Keigo Higashino |Victor Rizman |Festival polar de Cognac

Le retour du grand-guignol au sens noble du terme ?

Dans leur ferme de l'horreur, les frères Salaville procèdent à des rituels sanglants... mais ils meurent dans un assaut mené par le commandant Vauvert et Eva, la profileuse albinos traumatisée par le meurtre de sa mère et sa sœur. Et pourtant, quelques mois plus tard, les crimes abominables reprennent. Et si les deux frères étaient aux ordres d'une tierce personne ? Un insaisissable fantôme masqué qui pourrait bien se prendre pour un(e) émule de la comtesse Bathory...
Le genre horrifique a bien changé ces dernières années, se débarrassant de ses atours fantastiques pour laisser des "hou-fais-moi-peur" (comme disait feu Michel Lebrun) bien rationnels, souvent à base de tueurs en série. En son temps, ce roman serait sorti aux Presses de la Cité entre deux Masterton et aurait fini en poche dans la légendaire et regrettée collection "Terreur"... Or maintenant que le fantastique ne fait plus peur aux éditeurs, que des Thilliez ou Lincoln Child l'invoquent sans rougir, va-t-on voir une nouvelle résurgence du genre pour le plus grand plaisir de ses aficionados (dont votre serviteur) ? Cet épais roman dénote avant tout des influences cinématographiques : le début évoque un survival genre La Colline a des yeux et ses milliers d'émules, le tueur masqué spectral fait très "giallo", on invoque des apparitions dignes d'un Ringu et le final, Lovecraftien en diable, est on ne peut plus visuel, rappelant l'assez mauvais Nuits de Terreur (en mieux, heureusement !). Ici, l'excès est omniprésent au point de se muer souvent en flamboyance baroque, et le sang coulant à flots se pare d'un esthétisme pervers que n'eût point renié Dario Argento, évitant tout soupçon de complaisance ; et si on retrouve une variante du détective à problèmes (profileuse, albinos, portant un secret bien enfoui...), le personnage est si bien dessiné par petites touches qu'on échappe au cliché. Ce qui force l'admiration et transforme ce catalogue en un véritable roman, c'est une extraordinaire science de la narration, avec une intrigue taillée au cordeau, sans temps mort, mais qui ne faiblit pas un seul instant tout au long de ces plus de quatre cents pages, aidée par des chapitres courts indispensables au genre. Résultat, un livre qui se dévore en apnée — enfin, à condition d'avoir le cœur bien accroché ! — et qui, plus encourageant encore, donne l'impression que Sire Cédric, jeune auteur, n'est pas encore au faîte de son art, et a largement de quoi aller tutoyer les plus grands. Bref, une découverte à qui il manque juste un coup de pouce pour se transformer en révélation... Les fans de Brigitte Aubert et Franck Thilliez qui tenteront l'aventure se trouveront certainement un nouvel auteur de chevet. Pas de doutes, la relève est assurée...

Récompenses :
Prix Polar 2010
Prix Cinécinéma Frisson 2011

Citation

Chez elle, la technique de profilage n'avait rien d'abstrait. Elle était douée d'un véritable talent d'empathie, ce qui était un atout de poids dans son métier. En contrepartie, un tel don, qui frôlait l'irrationnel, la vouait depuis toujours à l'incompréhension et la bile facile des types comme Devereaux.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 27 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page