Virgile et le chaînon manquant

Et au fait, ce serait quoi cette manie de toujours vouloir bastonner, de casser du brigand à longueur de nuit ou de journée.
David Rolandi - New Argen Calling
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 21 septembre

Contenu

Roman - Policier

Virgile et le chaînon manquant

Historique - Énigme MAJ mardi 13 janvier 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 5,95 €

Stéphanie Benson
Avec la collaboration de Loïc Davérat
Jeff Pourquié (illustrateur de couverture)
Paris : Les Contrebandiers, septembre 2006
94 p. ; 17.5 x 11.5 cm
ISBN 978-2-915438-23-9
Langue mortelle, 1

Ce qu'il faut savoir sur la série

Dans la cité Romulus, en région parisienne, imaginez quatre collégiens qui maîtrisent non pas l'argot des banlieues, mais, pour deux d'entre eux, communiquent en latin ! Les quatre amis sont amenés à résoudre des énigmes où cette langue et quelques autres jouent un rôle important.

Chronique

Dans ce premier roman, les quatre collégiens Virgile, Salomé, Jules et Cloé découvrent de mystérieux tags rédigés en latin qui les conduisent dans les caves humides de la cité, à la recherche d'un trésor et à la découverte de l'histoire de Cléopâtre.
C'est certainement amusant pour des élèves de pouvoir lire des textes en latin moderne et de s'apercevoir qu'on peut aussi échanger quelques mots dans cette langue prétendue morte... L'intrigue policière de facture classique est bien menée et intéressante... On ne s'ennuie pas du tout à cette lecture, qui permet en outre d'apprendre ou de réviser l'histoire antique.

Citation

Les garçons, c'était bien connu, étaient des vantards et rien, en dehors d'une modification génétique, ne pourrait  les changer.

Rédacteur: Valérie Sebag lundi 29 septembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page