L'Amie de nos amis

Mais Rembrandt ne m'émeut pas. Il pèse des tonnes. Moi, ce que j'aime, c'est un pinceau qui bouge, pas un pinceau qui touche. Un pinceau qui tire une pâte ductile et onctueuse, pas un pinceau qui superpose, amasse, accumule, grumelle des petites touches jusqu'à en maçonner la toile.
Patrick Weiller - Saisis au vol
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Cemetary Road
Bienville est une ville du Mississippi en perte de vitesse qui croit qu'elle va réussir à rester dyna...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 19 juin

Contenu

Roman - Policier

L'Amie de nos amis

Mafia - Urbain MAJ vendredi 02 avril 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,8 €

Attilio Veraldi
L'Amiglia degli amici - 1984
Introduction de Marcello Fois
Traduit de l'italien par Nathalie Bauer
Rodez : Le Rouergue, mars 2010
292 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-8126-0060-9

L'amie fatale

New York au début des années 1970. Le commissaire Apicella a fait le voyage depuis Naples pour faire tomber Achile Ammirato, patron de la Camorra, venu se refaire une santé aux States. Un Apicella, têtu, opiniâtre, qui inquiète Mister Big, le chef de la mafia locale, quand bien même Ammirato lui aurait refilé entre les pattes la belle Dayligth, aux charmes de laquelle le commissaire va bien évidemment succomber. Une Dayligth énigmatique, dont Apicella finira par découvrir la nature duplice, mais fascinante, tandis qu'empêtré dans les impostures de la police new-yorkaise il découvre l'étendue de la corruption à l'ombre de la statue de la Liberté. Une classe politique plus cynique que le citoyen le plus cynique, une bourgeoisie pleine d'une morgue sans égale, ouvrant tout grand les bras à une maffia aussi cruelle qu'avertie. L'Amérique saisie par le revers, celle des immigrations, telle qu'on peut la raconter à travers un regard napolitain, enclin à mesurer l'Autre dans la nécessité de sa différence.
Attilio Veraldi, l'un des grands du roman noir italien, met en scène ici des immigrés et des fils d'immigrés, italiens, irlandais, grecs, écossais... dans une langue incroyable, difficile à restituer en français, sinon dans la saveur de son écho américanisant - le slang, argot américain, hybridé du parler chinois de Chaton square, un "dago" sans illusion pour dire la brutalité d'un rêve échoué aux portes de Long Island.

Citation

Vous vous occupez de police, et lui de viande.

Rédacteur: Joël Jégouzo mercredi 31 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page