Le Grisbi

Les analystes sont très mauvais pour les bons élèves. On pédale avec eux et on n'avance pas.
Odile Barski - Never mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Palanquin des caïds
Quand on a, selon l'expression consacrée, touché le fond du fond parce que l'on a trop cru à LA c...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 05 août

Contenu

Roman - Policier

Le Grisbi

Gang - Urbain - Trahison MAJ mardi 22 juin 2021

Note accordée au livre: 6 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 22,9 €

Albert Simonin
Préface de François Guérif
Albert Simonin (entretien)
Paris : La Manufacture de livres, novembre 2020
506 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-709-1

Façon puzzle

Max-le-Menteur, figure du milieu parisien, cherche à se ranger. Lui, le vétéran de toutes les combines n'aspire plus qu'à se ranger devant une truanderie en pleine mutation où il ne trouve plus sa place. La mort de Fredo, l'un des nouveaux chefs de gangs, va venir perturber ses plans d'avenir : car qui aurait bien pu le liquider, si ce n'est son rival Riton, et à travers lui, Max ? Entre les tueurs qui le poursuivent et ceux qu'il faut retrouver, sans compter les menus services qu'il lui faut rendre à de vieux partenaires comme Fernand le Mexicain qui compte bien sur lui pour protéger le magot convoité par les Volfoni, Max n'est pas prêt de pouvoir profiter de sa retraite au soleil.
Si le résumé précédent vous a rappelé quelque chose, c'est tout à fait normal puisque la trilogie de Max-le-Menteur a donné naissance à trois films célébrissimes du cinéma français : Touchez pas au Grisbi !, Le Cave se rebiffe et Les Tontons flingueurs (adapté de Grisbi or not Grisbi, le troisième roman du cycle). Et si on connaît plus largement aujourd'hui l'œuvre d'Albert Simonin à travers ces films et leurs dialogues cultes (signés de Simonin lui même pour le premier et de Michel Audiard pour les deux suivants), les romans sont également un jalon de la "Série Noire" qu'il est important de ne pas négliger. Parce que ces romans, en particulier Touchez pas au Grisbi, écrit en réaction à une certaine image du polar américanisant alors en vogue ont eu un succès colossal à l'époque de leur sortie, qu'ils donnaient à voir, et surtout à entendre le monde des truands parisiens comme aucun autre roman ne l'avait fait avant eux, et parce que, surtout, Albert SImonin, que Léo Malet appelait "le Chateaubriand de l'argot", choisissait d'utiliser massivement un vocabulaire qui devait sans doute apparaître aussi exotique aux non-initiés de l'époque qu'aux lecteurs d'aujourd'hui. Un cocktail si réussi qu'il fut ensuite décliné à l'envi jusqu'à envahir l'ensemble de la collection et d'autres plagiats moins avouables, mais qui, dans les romans de Simonin paraît aussi frais qu'authentique. Pleine de truands sympathiques et de vraies ordures, d'un Paris disparu et d'une certaine "aristocratie du crime", la "Trilogie du Grisbi" a ses gueules, qui sont irrémédiablement devenues celles de Gabin, Ventura, Blier, Biraud ou Dalban, et ses phrases cultes qui claquent presque à chaque page. Un incontournable !

NdR - L'anthologie comporte les romans suivants : Touchez pas au grisby !, Le Cave se rebiffe & Grisbi or not grisbi.

Citation

Tout demi-sel qu'il était, il m'a bien rendu service, avec son poinçon, sa piquouse comme il l'appelait, qui lui servait d'habitude à dégonfler les pneus des concurrents un peu caves qu'osaient venir turbiner dans son coin.

Rédacteur: Jean-François Micard mardi 22 juin 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page