Corvidés

Comment ce pauvre garçon avait-il pu finir ainsi ? Il n'aurait su dire pourquoi, c'étaient pourtant les poules et leur triste sort qui s'imposaient à son esprit. Il en avait honte
Brigitte Soury-Bernard - La Vengeance des poules
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Cemetary Road
Bienville est une ville du Mississippi en perte de vitesse qui croit qu'elle va réussir à rester dyna...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 15 juin

Contenu

Roman - Noir

Corvidés

Social - Huis-clos - Rural MAJ lundi 07 juin 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,9 €

David Gauthier
Paris : Envolume, mars 2021
234 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-37114-086-8
Coll. "Noir : quêtes et enquêtes"

Corvus Corax

Le journaliste Nicolas Berger déprime depuis que sa grande histoire d'amour a du plomb dans l'aile. Pour le sortir de sa dépression, son rédac'chef l'envoie couvrir un fait divers pas comme les autres : dans le petit village de Salérac, quelqu'un qui signe le Corvidé envoie des lettres détaillant les petits secrets d'à peu près tout le monde, au point que les habitants n'osent plus aller chercher leur courrier. Une pratique née à Tulle dans les années 1920, le nom de Corbeau venant du fait que l'accusée portait des vêtements de deuil. Mais à Séverac, l'affaire rappelle surtout l'émergence d'un autre corbeau, en 2008. Celui d'aujourd'hui, en 2017, a réussi à semer la zizanie parmi les villageois, provoquant au moins une dispute au conseil municipal. A-t-il repris du service plus de dix ans plus tard ? Et pourquoi s'acharner ainsi sur un village ni meilleur ni pire que les autres ?
Voici donc un premier roman où il ne faut pas chercher les grandes orgues du thriller industriel, ni le "roman à énigme" qu'annonce le rabat (peut-être parce qu'une marque sur l'une des lettres qui s'avère être un blason joue un rôle ? Mais ça ne suffit guère pour mériter cette étiquette). Non, ce qui intéresse David Gauthier c'est plutôt la petite musique du quotidien et un défilé de personnages crédibles jusque dans leurs travers. On serait tenté de comparer à Georges Simenon, mais l'auteur use d'un langage autrement plus fleuri que celui, volontairement épuré, du maître. On est également une fois de plus sur cette frontière entre "blanche" et "noire", puisqu'il n'y a pas vraiment de crime et que les éléments purement polaresques n'interviennent qu'à la fin. On aurait volontiers allégé de quelques dizaines de pages, mais en ces temps de soumission à la série télévisée où les personnages doivent se contenter d'un ou deux traits grossiers en guise de caractérisation, voir un auteur se soucier d'écriture est rafraîchissant...

Citation

Je passe ma vie en terrasse des cafés à observer celle des autres. C'est une mine d'or pour un journaliste. Bien meilleure que les réseaux sociaux. Il suffit de tendre l'oreille — pas au sens propre si vous voulez rester discret — pour palper le pouls d'une ville, les préoccupations des habitants.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 07 juin 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page