Garbage Rampage

Anna Gemini et Kurt Smolek firent connaissance en août 1999, le jour où le cône d'ombre de la Lune toucha une fois de plus ces régions densément peuplées de l'Europe où l'enthousiasme pour les phénomènes naturels justifierait une fréquence accrue des éclipses de Lune et de Soleil.
Heinrich Steinfest - Le Poil de la bête
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Garbage Rampage

Fantastique - Urbain - Horreur-gore MAJ lundi 25 janvier 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Public averti

Prix: 8 €

Julien Heylbroeck
Nice : Ogmios, septembre 2020
140 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-490352-20-3

L'année du rat

New York, 1982. Alors que la canicule écrase la ville, des prostituées disparaissent et l'on retrouve des restes humains mutilés dans le Bronx. Pas de quoi fouetter un chat dans une ville qui était alors l'une des plus meurtrières des États-Unis. Cependant, la détective Farley, jeune fliquette noire qui n'a pas froid aux yeux, en a décidé autrement et, flanquée d'un partenaire raciste, alcoolo et misogyne, elle va tenter de tirer au clair les curieuses histoires de rats mutants et anthropophages qui écumeraient le métro et les égouts de la Big Apple. Avec Garbage Rampage, initialement publié en 2014 aux défuntes éditions Trash qu'il avait créés, Julien Heylbroeck rendait hommage aux romans de la collection "Gore" du Fleuve Noir, aux séries Z, à James Herbert et aux rats en général, mais aussi et surtout sans doute au New York d'avant la gentrification, à cette ville sale, dangereuse et abandonnée des autorités où le danger était quotidien, où des quartiers entiers du centre-ville servaient de terrain de jeu aux prostituées et aux drogués, et où les propriétaires préféraient incendier les bâtiments que les entretenir. La ville des cinémas porno de la 42e rue, du CBGB, des punks et du Velvet Underground. Fidèle aux schémas du genre, Julien Heylbroeck ne se soucie ici nullement de bon goût, et enchaine scènes horrifiques riches en tripailles et scènes de sexe explicites, avec la volonté évidente de choquer son lecteur, l'enquête policière y étant réduite à sa plus simple expression. Pourtant, entre deux flaques d'entrailles et deux mutilations, on retrouve bien l'affection de l'auteur pour les microcosmes borderline (ici des clochards et toxicos particulièrement azimutés, ailleurs des gueules cassées ou des catcheurs mexicains) qu'il met en scène avec un talent évident. Roman de jeunesse, frondeur et excessif, Garbage Rampage, à réserver évidemment à un public averti et sensible à une certaine forme de déréliction humaine autant qu'urbaine, outre qu'il est moins bien maîtrisé que les romans ultérieurs de l'auteur, est hélas un peu trop prévisible à force d'être référentiel, ce qui lui retire une partie de son capital de terreur. Mais si vous aimez les rats, la chair pourrie et le New York de Taxi Driver, Garbage Rampage est certainement pour vous.

Citation

La dépouille gisait, en plusieurs morceaux, dans une arrière-cour miteuse. Entre les poubelles métalliques s'étalaient les intestins, noueux et verdâtres, comme une corde à noeuds grumeleuse et emmêlée. Ils avaient laissé échapper un peu de sang qui avait séché en se mélangeant à du Dr Pepper écoulé d'une canette.

Rédacteur: Jean-François Micard lundi 25 janvier 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page