Gangs of L. A.

Il vit une forme noire sur fond de ciel bleu, mais trop étendue pour être un pigeon. Il perçut un bref gémissement avant qu'un corps mou ne heurte le pavé avec un bruit de clappement ignoble.
Bartłomiej Rychter - Le Dernier jour de juillet
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Cemetary Road
Bienville est une ville du Mississippi en perte de vitesse qui croit qu'elle va réussir à rester dyna...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 21 juin

Contenu

Roman - Policier

Gangs of L. A.

Hard boiled - Musique - Gang MAJ jeudi 20 août 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,5 €

Joe Ide
IQ - 2016
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Diniz Galhos
Paris : Folio, juin 2020
432 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-288486-3
Coll. "Policier"

In Da Hood

Isaiah Quintabe, alias IQ (pour QI en anglais), est le détective des ghettos de Los Angeles. Sherlock Holmes noir et surdoué mâtiné de Zorro, c'est à lui qu'on fait appel lorsque la police ne peut, ou ne veut, chercher les coupables des crimes frappant une population majoritairement défavorisée. IQ se la joue cool, nonchalant, mais cache bien entendu d'anciennes blessures. Et lorsque son vieux camarade de lycée Dodson, qui deviendra évidemment son Watson, le pousse à aller enquêter sur les menaces qui planent sur un chanteur de rap célèbre, IQ accepte avec réticence, car il faut bien faire bouillir la marmite... même s'il faut pour ça se retrouver au cœur d'une vengeance élaborée.
Premier volet des aventures du détective surdoué de Joe Ide, qui comptent déjà quatre volumes en anglais, Gangs of L. A. est le genre de polar qui coche d'emblée toutes les cases : un héros "issu des minorités", cool mais capable de tirer au lance grenades sur un fuyard sans y regarder à deux fois, un cadre "exotique", des dialogues acérés, des twists, des personnages schématiques mais bien campés, des références "subtiles" à un héros bien connu de la culture populaire, le contraste entre l'argent facile du monde de la musique et la pauvreté du ghetto, de la violence... Tout y est, et on s'étonne que le cycle n'ait pas déjà été préempté pour devenir une série télé dans la mesure où Joe Ide semble œuvrer exclusivement dans ce but. Pur polar popcorn, Gangs of L. A. est parfait pour une lecture estivale, au soleil en bord de plage, avec la musique à fond. Mais en littérature comme pour le popcorn, il ne faut pas en faire trop, et il faut bien admettre que Joe Ide abuse souvent des bonnes choses. IQ est trop cool, trop intelligent, trop Holmes pour être honnête. Dodson est trop agaçant pour être autre chose qu'un faire-valoir comique. Son rappeur est trop ridicule, trop bouffi de clichés pour qu'on y croie (encore que la réalité offre en ce domaine de véritables causes d'effarement), son L. A. enfin est trop nourri des clips qu'on subit depuis vingt ans pour nous offrir autre chose qu'une simple vision de carte postale. Comme dit la publicité : "Pour votre santé, évitez de manger trop gras et trop sucré." Joe Ide ferait bien de s'en souvenir.

Citation

- Tu veux pas quitter le ghetto, toi ? demanda Deronda.
- J'en sais rien, répondit Isaiah. Peut-être bien.
- Peut-être bien ? Merde, c'est vraiment cinglé. Je veux dire, moi, si j'avais le profil que t'as, à l'heure qu'il est mais je serais trop une marque déposée, quoi.

Rédacteur: Jean-François Micard jeudi 20 août 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page