Retex

... omis de confier à l'antiquaire l'ensemble de ce qu'il avait perçu au cours de leur bref échange magnétique. L'homme était persuadé que son épouse envolée reprendrait contact, tôt ou tard, d'une manière ou d'une autre.... une femme de préférence, qui entrerait une jour dans la boutique avec à la main un bibelot assez symbolique pour happer l'insatiable curiosité du brocanteur.
Hervé Picart - L'Arcamonde. 1, Le Dé d'Atanas
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 29 novembre

Contenu

Roman - Espionnage

Retex

Énigme - Guerre - Apocalyptique MAJ jeudi 14 décembre 2017

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Vincent Crouzet
Paris : Le Passeur, octobre 2017
572 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-36890-564-7
Coll. "Rives noires"

SAC d'embrouilles

En Afghanistan, l'agent du SAC Laure de Beaugency a connu les pires horreurs et n'a pu faire ce rapport que l'on dénomme Retex (retour d'expérience). Son chef de service, le colonel Montserrat, ne peut se résoudre à s'en séparer et l'envoie s'occuper de la sécurité de la station d'écoute de la DGSE sur le plateau d'Albion — censé être un haut lieu d'observations d'ovnis. Mais sous la neige qui paralyse le plateau, d'autres dangers rôdent. Il y a cette louve fantomatique appelée Oriane qui semble insaisissable. Il y a également l'ombre de six jeunes filles disparues au fil des années. Ont-elles été victimes d'une secte apocalyptique qui s'est installée non loin de là ? D'un tueur en série ? Il y a aussi Adèle la tueuse borgne et froide qui peut cacher bien des secrets. Enfin, l'ombre des spetnazs russes plane sur le plateau... Mais le colonel Montserrat a autre chose à penser : suite à la découverte d'un agent infiltré en Iran, les tensions montent, et elles pourraient bien déboucher sur l'apocalypse nucléaire...
On connaît désormais la patte de Vincent Crouzet depuis l'intéressant Villa Nirvana (mais aussi Radioactif, son chef d'œuvre à ce jour) qui lui assure une place à part dans le genre : un mélange d'action pure, à travers son personnage (alter-ego ?) le colonel Montsarrat, à la fois dévoué et sans illusions sur son métier. L'auteur que l'on dit parfois "trop journaliste pour les romanciers, trop romancier pour les journalistes" n'a cessé d'affûter son style, sec, travaillé (trop pour certains)... mais aussi avec un certain flou artistique sur la narration qui ne cherche pas la linéarité. Ce qui n'est pas gênant dans le genre espionnage, ce style participant à créer le vertige propre au genre et induisant même une certaine poésie. Mais ce pavé n'est pas un pensum : il se passe un maximum de choses dans ce roman touffu de plus de cinq cents pages aux enjeux forts (empêcher une guerre nucléaire, tout de même !) où le titre prend peu à peu tout son sens métaphorique. Autant dire que le résultat mérite largement que l'on s'accroche, même si on aimerait parfois un brin de clarté et quelques descriptions pour ancrer le récit dans la réalité (mais peut-être que cela briserait cette sensation d'onirisme, marque de fabrique de l'auteur ?). Une exigence artistique qui fait que l'œuvre de Vincent Crouzet est un goût acquis, et qui malheureusement, lui ferme l'accès aux têtes de gondoles, où opèrent des auteurs moins talentueux mais plus accessibles...

Citation

Au service action, la règle veut que l'on ne tue qu'une fois. Nous ne voulons pas d'assassins professionnels dans nos rangs. Nous ne voulons pas que quiconque y prenne goût.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 14 décembre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page