L'Enfer de Church Street

La quantité de peur dans le monde était égale, et liée d'une façon inextricable, à celle du désir. Le bien et le mal, la réussite et l'échec, la lumière et l'obscurité, la vie et la mort se compensaient.
Richard Burgin - L'Écume des flammes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 30 novembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Enfer de Church Street

Psychologique - Religieux - Chantage MAJ jeudi 05 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Jake Hinkson
Hell on Church Street - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sophie Aslanides
Paris : Gallmeister, mars 2015
238 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-35178-087-9
Coll. "Neonoir"

Actualités

  • 06/06 Prix littéraire: Sélections 2016 des Trophées de l'association 813
  • 25/06 Prix littéraire: Sélections 2015 des GPLP
    La liste officielle des GPLP vient tout juste d'être dévoilée. Fortes de onze romans francophones et de dix-sept étrangers, ces sélections sont marquées sous le sceau des éditions Rivages, Actes Sud, Le Seuil et Gallimard. On repère ci et là quelques perles venues d'ailleurs, et l'on se demande d'ailleurs si elle ne servent pas d'alibi. C'est ainsi que l'on peut joyeusement s'étonner de retrouver le romancier stylé suisse Joseph Incardona pour un petit ouvrage aux éditions Finitude. Étrangement, on ne voit pas comment la palme étrangère pourrait ne pas revenir au Perfidia de James Ellroy, mais quand on débusque le dernier mauvais opus de Don Winslow, on se dit aussi que tous les (dés)espoirs sont permis. Il est dommage que l'un des prix les plus ancestraux et respectés n'offre pas de choix plus osé et opte pour un classicisme forcené. Rendez-vous le 23 septembre afin de connaître les noms des deux lauréats.

    Sélection 2014 du Grand prix de la littérature policière - roman français :
    - Trait bleu, de Jacques Bablon (Jigal, "Polar") ;
    - Une valse pour rien, de Catherine Bessonart (L'Aube, "L'Aube noire") ;
    - Les Initiés, de Thomas Bronnec (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Personne n'en saura rien, de Sylvie Granotier (Albin Michel, "Spécial suspense") ;
    - Derrière les panneaux il y a des hommes, de Joseph Incardona (Finitude) ;
    - Hors la nuit, de Sylvain Kermici (Gallimard, "Série Noire")
    - Au fer rouge, de Marin Ledun (Ombres noires) ;
    - Trabadja, de Jean-Paul Nozière (Rivages, "Noir") ;
    - L'Alignement des équinoxes, de Sébastien Raizer (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Adieu Lili Marleen, de Christian Roux (Rivages, "thriller") ;
    - Des forêts et des âmes, de Éléna Piacentini (Au-delà du raisonnable).

    Sélection 2014 du Grand prix de la littérature policière - roman étranger :
    - La Vérité et autres mensonges, de Sascha Arango (Albin Michel, "Les Grandes traductions") ;
    - Toutes les vagues de l'océan, de Victor del Árbol (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - À mains nues, de Paola Barbato (Denoël, "Sueurs froides") ;
    - Trame de sang, de William Bayer (Rivages, "Thriller") ;
    - Perfidia, de James Ellroy (Rivages, "Thriller") ;
    - Jackpot, de George Dawes Green (Le Livre de poche) ;
    - L'Enfer de Church Street, de Jake Hinkson (Gallmeister, "Neonoir") ;
    - Ne reste que la violence, de Malcom MacKay (Liana Levi, "Policier") ;
    - Le Moineau rouge, de Jason Matthews (Le Cherche midi, "Thriller") ;
    - Les Assassins de la 5e B, de Kanae Minato (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Ratlines, de Stuart Neville (Rivages, "Thriller") ;
    - Linda, de Leif G. W. Persson (Rivages, "Thriller") ;
    - Le Bourreau de Gaudí, de Aro Sáinz de la Maza (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - Finsterau, d'Andrea Maria Schenkel (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - Retour à Watersbridge, de James Scott (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Missing: New York, de Don Winslow (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Dernier meurtre avant la fin du monde, de Ben H. Winters (Super 8).
    Liens : Trait bleu |Une valse pour rien |Trabadja |Adieu Lili Marleen |Toutes les vagues de l'océan |Perfidia |Le Moineau rouge |Finsterau |Missing : New York |Dernier meurtre avant la fin du monde |Des forêts et des âmes |L'Alignement des équinoxes |À mains nues |Jacques Bablon |Sylvie Granotier |Joseph Incardona |Marin Ledun |Jean-Paul Nozière |Sébastien Raizer |Christian Roux |Éléna Piacentini |James Ellroy |Stuart Neville |Leif GW Persson |Andrea Maria Schenkel |Don Winslow |Paola Barbato

  • 28/03 Librairie: Deux rencontres "Polar" à La Machine à lire (33)
  • 06/03 Édition: Parutions de la semaine - 6 mars

Hunter inside me

Sur un parking de supermarché, un homme en braque un autre au volant de sa voiture. Ce dernier lui fait une surprenante proposition : en échange de trois mille dollars, ils doivent se rendre en un lieu bien spécifique où un acte tout aussi spécifique sera commis. Si tout cela vous semble étrange, ça l'est encore plus pour notre braqueur qui s'embarque contraint et forcé dans une folle virée de cinq heures sur fond de confession morbide. Le roman de Jake Hinkson se déroule quasiment en temps réel, et déroule la confession d'une descente aux enfers d'un être pathologiquement atteint. Au volant se trouve Frère Webb de l'Église Baptiste pour une Vie Meilleure. Une église typiquement américaine, et qui fait diablement peur. Une importante communauté se trouve dans la commune de Little Rock en Arkansas. Le narrateur se dévoile, et c'est une mise à nu peu affriolante à laquelle on est convié. Il se retrouve à éduquer les enfants de la communauté avec des sermons auxquels il ne croit pas. Il faut bien le dire : son portrait psychologique est effarant. À trente-cinq ans, il est toujours vierge et possède une imposante collection de cassettes vidéo pornographiques qu'il reluque le soir en se soulageant avant de les remiser dans un coffre cadenassé. Jusqu'au jour où il croise le regard d'Angela Card, une adolescente mal dans sa peau, un peu grosse, fille du pasteur, et dont il tombe instantanément amoureux. Angele en aime un autre mais va se laisser manipuler et séduire. Les rencontres secrètes et nocturnes vont se multiplier. Mais dans un petit bled comme celui de Little Rock, les secrets ne peuvent prétendre rester secrets, et ceux qui les découvrent peuvent très vite céder à la tentation du chantage. Ce sera le cas de Doolittle Norris, aîné d'une fratrie de bootleggers assassins, qui a réussi le tour de force de se faire élire shérif. Son manque de scrupules associé à un concours fâcheux de circonstances va aboutir à une série de crimes les plus sanglants les uns que les autres. Des crimes froids d'une logique implacable... Il y a de ce prêcheur de La Nuit du chasseur derrière le personnage de Geoffrey Webb, mais aussi du shérif de L'Assassin qui est en moi - même si là, la personnalité du second est sans nul doute équitablement partagée entre Geoffrey Webb et Doolittle Norris. Les non-dits derrière les portes des maisons des croyants de l'Église Baptiste pour une Vie Meilleure n'ont rien à envier à la cruauté de la famille Norris dominée d'une poigne de fer par une espèce de Ma Dalton antipathique. Mais ce qui étonne, c'est que plus le roman avance, plus Geoffrey Web se révèle psychopathe et calculateur, et plus on éprouve de compassion. Et c'est bien le tour de force réalisé par Jake Hinckson, lui-même fils de prêcheur baptiste, dans cet Enfer de Church Street.


On en parle : Lire n°434

Citation

Non, j'aime pas, ici. Chaque seconde que je passe dans cette maison, j'avance d'un pas vers la prison. On va aller quelque part où on ne risque pas de se faire mater par toute la ville.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 08 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page