La Mort s'invite à Pemberley

L'homme ne pouvait pas être déjà nu quand il avait été tué. On ne se promène pas totalement à poil dans le jardin d'une maison de retraite à minuit, en automne.
Claire Mazard - Le Mort du noyer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 30 novembre

Contenu

Livre sonore - Policier

La Mort s'invite à Pemberley

Enquête littéraire - Assassinat MAJ mercredi 27 mars 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5


Réédition

Tout public

Prix: 23,9 €

Phyllis Dorothy James
Death Comes to Pemberley - 2011
Guila Clara Kessous (lecteur)
Traduit de l'anglais par Odile Demange
Paris : Audiolib, janvier 2013
1 CD MP3 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35641-563-9

Actualités

  • 27/11 Nécrologie: Disparition de P. D. James
    La doyenne des romancières anglaises, héritière d'Agatha Christie, Phyllis Dorothy James vient de s'éteindre paisiblement dans sa résidence d'Oxford. On retiendra de son œuvre ses romans qui mettent en scène le policier Adam Dalgliesh, qui officie à Scotland Yard. L'homme a tout du personnage dramatique. Grand amateur de poésie, il a un passé douloureux marqué par la double mort de sa femme et de leur bébé. Il apparait en 1962 dans le premier manuscrit que l'auteur, qui utilise les initiales de ses prénoms pour cacher (temporairement) qu'elle est une femme, envoie à un éditeur. C'est À visage découvert. Mais il faut attendre 1971 et Meurtres en blouse blanche qu'elle acquière une renommée qui traverse la Manche et qui aboutit en 1988 à l'obtention du Grand Prix de la Littérature Policière. En 2011, avec La Mort s'invite à Pemberton, elle offre un roman hommage à Jane Austen et plus particulièrement à Orgueil et préjugés dont elle reprend les personnages. P. D. James avait travaillé au Ministère de l'Intérieur et avait été elle-même magistrate. Elle avait quatre-vingt quatorze ans.
    Liens : Phyllis Dorothy James

  • 01/06 Édition: Parutions de la semaine - 1er juin
Extrait audio :


James Austen

Phyllis Dorothy James sur les pas de Jane Austen, imaginant une suite à Orgueil et Préjugés, publié en 1813, mais dans un registre policier, évidemment. Voici donc ressuscités les personnages du roman d'Austen dans ce domaine de la famille Darcy : Pemberley House. Elizabeth est mariée, paisible au bras de Mr Darcy, la veille du bal de Lady Anne, qu'on donne tous les ans à Pemberley. Déboule un cabriolet affolé : Lydia craint pour la vie de son époux, perdu dans les bois. Lydia la scandaleuse, l'inavouable, vient jeter le trouble sur la demeure. C'est que Lydia y fait non seulement entrer la mort, mais les hostilités du passé... Choquant la gentry obsédée de bienséance avec sa frivolité, son hystérie, débarquant comme une brute dans ce bal où elle n'est pas invitée.

P. D. James a du métier. L'univers de Jane Austen semble respecté, dans l'étude des caractères surtout, l'écriture infiniment sophistiquée, l'univers romanesque. Trop sans doute, au point de brider son propre propos : l'intrigue policière, engoncée dans des stratégies de redondance, démultipliant les points de vue sur le même événement jusqu'à l'épuisement. C'est que l'exercice de style a pris le dessus, anesthésiant l'affaire. On sent de la peine à cette tâche, malgré le brio de l'auteure. Reste aussi qu'il y manque la tension que Jane Austen avait tissé avec ses personnages. Darcy en particulier, l'aimé inaccessible, dérobé par les codes de sa classe, dressant contre les sentiments une barrière infranchissable qu'elle a tenté d'outrepasser, elle la romancière, par l'écriture d'un texte infiniment subtil, trop même, pour ne pas avouer l'amertume d'une si belle réussite romanesque.

À trop souhaiter le bonheur de son personnage, Jane y perdit sa vie, n'osant clamer combien elle aurait voulu que ce bonheur ne dépendît que d'elle. La lecture que nous en propose Guila Clara Kessous en revanche, sert au plus près la tonalité policière pourtant si en retrait, la révélant à elle-même, enquêtant, questionnant, posant avec intelligence ce climat de mystère que l'œuvre écrite ne sait que trop mal soutenir et lui restituant cette vocation policière qui aurait dû être la sienne, au point de rendre finalement le roman plus attachant qu'il ne l'est à mon sens.

NdR - 1 CD MP3, 10 h 23 d'écoute.

Citation

Elle reconnut alors Lydia, dans cette apparition hurlante et farouche.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 21 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page