Heureux au jeu

- Mrs Hudson notre logeuse, me doit une faveur. Il y a quelques années, son mari a été condamné à mort en Floride. Elle a apprécié mon aide. - Vous avez réussi à éviter que son mari soit exécuté ? - Au contraire, je m'en suis assuré.
Toby Haynes, Paul McGuigan & Euros Lyn - Sherlock
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 18 septembre

Contenu

Roman - Insolite

Heureux au jeu

Arnaque MAJ vendredi 24 avril 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Lawrence Block
Lucky at Cards - 1964
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Aline Weill
Paris : Le Seuil, mars 2009
204 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-096576-7
Coll. "Policiers"

Jouer sa vie à pile ou face

Publié en 1964 sous le pseudonyme de Sheldon Lord, Heureux au jeu n'a pas le goût du vieux fond de tiroir de certains textes de jeunesse de Lawrence Block. C'est un roman léger, amusant, mené tambour battant dans l'Amérique presque désuète des sixties, dans lequel on retrouve certains ingrédients blockiens : l'humour évidemment, le cas de conscience du narrateur.
William Maynard, ancien magicien, devenu tricheur professionnel, débarque dans une petite ville des États-Unis, après avoir fui Chicago où son jeu a été mis à nu lors d'une partie de poker.
Très vite, il se retrouve autour d'une table de jeu parmi les huiles de sa nouvelle ville chez l'avocat Murray Rogers. William se livre alors à son activité favorite sans que personne s'en rende compte ; sauf Joyce la très jeune et très belle femme de l'avocat, qui, regrettant sa vie passée d'aventurière, qu'elle a abandonnée pour l'argent de son mari, n'a d'autre idée en tête que de le quitter. Évidemment, le tricheur et la belle deviennent amants et concoctent un plan qui leur permette de se débarrasser du mari : le faire accuser du meurtre de quelqu'un qui n'existe pas ! Entre-temps, Murray Rogers et ses comparses se sont pris d'amitié pour William, lui trouvent un travail et même une éventuelle girlfriend : une jeune Barbara, opposée exacte de la sulfureuse Joyce. Pour Maynard, cette nouvelle vie si normale est bien sûr complètement insolite, mais ne lui déplaît pas entièrement même s'il sait qu'il n'y est pas à sa place, l'arnaque qu'il organise pourtant avec brio commence à lui peser et Joyce, en revanche, à moins lui plaire.
L'amant et la maîtresse ont évidemment cru que le mari était un balourd (le mari ne peut être que balourd), mais il l'est bien moins qu'ils le l'avaient imaginé et n'est pas en reste question scélératesse...
Alors que Maynard ne faisait que gagner sa vie au jeu, il va devoir la jouer autour d'une partie de poker mémorable.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°40 |Le Magazine littéraire - Hors-série n°17

Citation

Vous avez un joug qui vous pèse, une nana qui ne veut pas vous lâcher ? Mettez une brosse à dents dans une valise, sautez dans une voiture, partez. Partez n'importe où, parce que, dans toutes les villes, il y a des hommes qui jouent aux cartes pour de l'argent ; dans toutes les villes, il y a une combine à portée de main pour un combinard.

Rédacteur: Marie-Caroline Saussier lundi 13 avril 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page