Orange crush

Pendant que Gruber pesait le cœur et les poumons, la caméra continua à filmer le torse béant. Ce n'était plus une jeune fille nubile qu'ils avaient sous les yeux, mais une vulgaire carcasse de boucherie.
Tess Gerritsen - La Disparition de Maura
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Noir

Orange crush

Politique MAJ mercredi 23 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,65 €

Tim Dorsey
Orange Crush - 2001
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Pêcheux
Paris : Rivages, janvier 2013
442 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2440-8
Coll. "Noir", 897

Le bus

"Marlon Conrad savait depuis toujours qu'il serait un jour gouverneur. Et, à vrai dire, tout son entourage pensait de même. Si Marlon n'obtenait pas ce poste, son existence serait jugée nulle et non avenue. Mais les choses n'étaient pas censées de passer si vite – d'après les prévisions, Marlon devait rester à son poste de vice-gouverneur et y attendre encore quatre ans [...] Et puis, à quelques mois à peine avant le débat au lycée d'East Talahassee, l'impensable s'était produit. Le gouverneur Birch avait été tué pendant une chasse au caribou organisée dans le Yukon par des lobbyistes, parce que le pilote du Learjet avait confié son manche à une pute de luxe qui avait tenté un atterrissage à quatre-vingt-dix degrés sur le glacier du Donjek [...] Marlon ne se présenta donc pas seulement avec quatre ans d'avance, il occupait même déjà le fauteuil qu'il ambitionnait de conquérir. Ça alors, si ce n'était pas le destin..."
Et son boulot à Marlon n'est pas trop dur : aider ses amis et tous ceux qui ont permis son élection - M. Pétrole, M. Sucre, M. Assurances, M. Location-de-voitures... Tout va aller bien jusqu'au jour où Marlon va changer, radicalement.
Tim Dorsey est aujourd'hui connu pour ses romans complètement débridés sur la Floride. Il s'attaque ici au système politique (et médiatique), et ça canarde à tout va. Chacun en prend pour son grade, ça ne manque pas d'humour (la marque de l'auteur), et pour les fans de Serge, rassurez-vous, il n'est pas loin et le bus Orange Crush ne manque pas de piquant - tout comme les phrases assassines de Tim Dorsey.

Citation

- Oui, mais là, il est vraiment différent, observa Escrow. On ne sait jamais à quoi s'attendre. Il se comporte de façon bizarre.
- Par exemple ? demanda Perry.
- Eh bien, il s'est mis... à lire.

Rédacteur: Christophe Dupuis mardi 22 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page