Le Bon hiver

Dans son cerveau, les neurones se tissaient pour composer des dentelles de filaments rouges, puis des buissons. D'infimes courants électriques transformaient en idées les signaux reçus par les rétines, les tympans, les récepteurs olfactifs et les capteurs de contact. Les idées se muaient en pensées, les pensées en souvenirs et les souvenirs étaient stockés dans les lobes temporaux du cortex. Ainsi se formait sa mémoire.
Bernard Werber - Le Sixième sommeil
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 février

Contenu

Roman - Noir

Le Bon hiver

Huis-clos - Enquête littéraire MAJ vendredi 07 décembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,8 €

João Tordo
O bom inverno - 2010
Traduit du portugais par Dominique Nédellec
Arles : Actes Sud, mai 2012
352 p. ; 22 x 12 cm
ISBN 978-2-330-00596-2

Huis-clos campagnard

Prenez un écrivain n'ayant pas eu beaucoup de succès avec ses livres, fuyant toute vie sociale et affective, cultivant un boitement imaginaire nécessitant – d'après lui – de marcher avec une canne à a peine trente ans. Invitez-le à participer à un colloque sur la littérature contemporaine à Budapest. Quelle sera sa réponse ? Oui, car c'est rémunéré. Là-bas, il rencontre Vicenzo, jeune romancier italien, tout son contraire : aimable, affable, séducteur, beau parleur... Vicenzo le convainc de le suivre à Saubadia, dans la fantastique demeure de Don Metzger. Metzger est un mémorable mécène de cinéma et sa demeure italienne le lieu des fêtes les plus folles... Que va faire notre écrivain là-bas ? Pas grand-chose. Metzger va être assassiné le jour de son arrivée et la fête virer au huis-clos étouffant.

Autant vous prévenir, il va vous falloir attendre la moitié du livre pour que Metzger meure. Mais en patientant, vous allez être embarqué par la fantastique plume de João Tordo et son sens efficace de la narration. Cette première partie est vraiment excellente, mordante, érudite, aux portraits de protagonistes particulièrement bien brossés. Et tout va subitement basculer dans l'enfer avec la mort de Metzger et la particulière idée de la justice de Bosco – n'en disons pas plus, sauf que vous serez heureux de n'y être que par la lecture !

Citation

Ce n'est pas de la justice, ça, lança Nina. C'est de l'inquisition superstitieuse.

Rédacteur: Christophe Dupuis mercredi 05 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page