Chapeau

Écoutez les gars, j'ai un coup pour vous. C'est un coup fumant, zéro danger, zéro effort, gros bénef. Taillé pour vous sur mesure.
Adam Biro - Cadavres noirs sur fond rouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 mai

Contenu

Nouvelle - Noir

Chapeau

Vengeance MAJ jeudi 06 septembre 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 2,9 €

Hervé Sard
Bihorel : Krakoen, août 2012
18 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 979-10-90324-88-6
Coll. "Petit noir", 7

Chapeau de roue

Hervé Sard dans sa nouvelle Chapeau plante son décor dans un petit boui-boui, le P'tit tonneau, rythmé par les apéros du lundi au samedi parce que le dimanche c'est fermé. Parmi les habitués du rade, cet homme au chapeau énigmatique qui vient vider son verre de blanc midi et soir avec la régularité d'un chronomètre suisse sous les yeux du patron et de son fils. Cet homme, à l'accoutrement immuable, disparait pourtant un jour. Il ne reviendra, sans son chapeau, que douze ans plus tard alors que le père à rendu l'âme et que le fils a repris bien malgré lui l'affaire. Mais l'histoire qu'il relatera alors à l'ancien enfant curieux vaudra ces douze années d'attente. Elle est haute en couleur, dramatique, et mêle Mistinguett, fait divers et vengeance avec un retournement de situation qui permet à Hervé Sard de montrer l'étendue de son art de la chute (très important quand il s'agit d'une nouvelle d'une dizaine de page). Il prend un large soin à travailler le phrasé de ses personnages, à dépeindre son décor, à mettre un brin d'extraordinaire dans une histoire ordinaire. Il rend ses personnages attachants pour un joli conte noir qui se lit avec autant de plaisir que se boit un café. Et se paie au même prix qu'un café parisien à Arts et Métiers...

Citation

Au P'tit tonneau, on pensait le connaître, l'homme au chapeau. Il n'était pas grand-chose. Un poivrot de plus, un habitué. Tellement régulier que certains s'en servaient...

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 01 septembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page