Quand la banlieue dort

Il est fâcheux que l'idée philosophique ne pénètre pas dans les masses. Elles ne deviendront sérieusement révolutionnaires que par l'athéisme. Jusque-là il n'y aura que de la crème fouettée.
Loïc Locatelli Kournwsky & Maximilien Le Roy - Ni dieu ni maitre : Auguste Blanqui, l'enfermé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 mai

Contenu

Roman - Noir

Quand la banlieue dort

Psychologique MAJ lundi 16 mars 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 11 €

Benjamin Guérif & Julien Guérif
Olivier Balez (illustrateur de couverture)
Paris : Syros, janvier 2009
176 p. ; 21 x 13.5 cm
ISBN 978-274-850778-2
Coll. "Rat noir"

Triste banlieue

Une banlieue de Paris, résidentielle, tranquille. Un garçon, Matthieu, 15 ans, s'y ennuie mortellement. Les maisons sont identiques, les vies d'adultes ne font pas rêver, rien ne l'intéresse vraiment, pas même les jeux informatiques dont raffolent ses petits copains. Sa vie semble lisse et sans histoires. Pour se distraire, Matthieu entre la nuit chez les gens par effraction, et comme toutes les maisons sont pareilles, il n'a aucun problème pour s'orienter à l'intérieur. Il ne vole rien, s'amuse à récolter quelques secrets pas si bien gardés pour pouvoir les utiliser si nécessaire. Mais voilà qu'un jour il en parle à son copain Tristan qui veut l'accompagner dans une de ses virées jusque-là solitaires. La cible cette fois est d'envergure : la villa d'un avocat, le père de Lucas, qui est aussi conseiller municipal. L'expédition tourne mal, le père censé être absent débarque inopinément, et une enveloppe gonflée d'argent lui est remise. L'un des garçons, le novice, se fait attraper quand l'autre s'enfuit, tenté pour la première fois par le vol du petit magot.

Ce livre est bien construit ; un bon suspens qui monte tout le long du roman raconté à la première personne. Le stress du voleur qui sent l'étau se resserrer autour de lui et qui se bat pour y échapper est bien saisi. On trouve aussi en toile de fond le portrait d'une jeunesse désenchantée, calculatrice, qui n'a pas grand-chose à envier, ni à gagner en devenant adulte.

Citation

Rien que l'idée de ce genre d'existence immobile me rend dingue. Jamais changer, jamais bouger, toujours les mêmes décors, les mêmes personnes...

Rédacteur: Valérie Sebag lundi 02 mars 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page