Le Crépuscule des stars

Je n'ai aucun doute sur l'endroit dans lequel j'émerge : ça ne peut pas être le paradis, c'est bien le monde réel. Ou alors, oui, Dieu existe, et il est encore plus con et vicieux que tout ce que j'aurais pu imaginer.
Sébastien Gendron - Taxi, Take off & Landing
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Roman - Noir

Le Crépuscule des stars

Historique - Social MAJ jeudi 08 mars 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9 €

Robert Bloch
The Star-Stalker - 1968
Préface de François Guérif & Robert Bloch
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean-Paul Gratias
Paris : Rivages, novembre 2011
318 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2284-8
Coll. "Noir", 841

Une place à Hollywood

En 1922, Tommy Post débarque à Hollywood. Il a dix-neuf ans, aucune relation dans le monde du cinéma, mais se donne deux ans pour devenir célèbre. Son premier job consiste à porter des scripts pour l'équipe de Theodore Harker. Ce n'est pas mirobolant, mais il travaille "dans le cinéma". C'est ici qu'un de ses collègues lui donne un conseil qu'il n'oubliera pas – et qui le marquera durant toute sa carrière : "Il faut que tu impressionnes les gens." Post le suivra et Le Crépuscule des stars en est le récit. "Si j'avais dû choisir entre Hollywood et le paradis, je n'aurais pas hésité une seconde."
Avec ce livre atypique dans sa production (entre la préface de François Guérif et celle que l'auteur avait faite pour sa seconde édition en français, vous saurez tout sur la genèse du livre), Robert Bloch frappait un grand coup. Roman policier ou non, on s'en moque complètement comme disait Michel Lebrun tellement ce récit est marquant. Avec un style très limpide et très cinématographique, Robert Bloch vous plonge dans le Hollywood des années 1920-1930. L'histoire est passionnante, criante de réalisme. Le final grandiose et on ressort lessivé de cette grande fresque. On regrette que les éditeurs américains n'aient pas suivi l'auteur à l'époque, le frustrant dans son idée de faire une trilogie car si les deux autres avaient été du même tonneau... Bravo à Moisson Rouge pour l'avoir réédité dans une nouvelle traduction, et à Rivages pour l'avoir repris dans sa collection poche.

Citation

Certains dieux arrivent dans un chariot de feu. Théodore Harker arrivait dans une Rolls-Royce noire.

Rédacteur: Christophe Dupuis mercredi 07 mars 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page